Les vendeurs sur Amazon désormais mieux armés face au géant

©EPA

L'autorité de la concurrence allemande est parvenue à un accord avec Amazon. La plate-forme s'engage à clarifier ses relations avec les vendeurs tiers en matière de résiliation de contrat, de paiement et de conditions de livraisons. Ces adaptations contractuelles seront appliquées dans les autres sites européens de l'Américain.

Amazon est parvenu à un accord avec l'autorité allemande de la concurrence. Les conditions de services appliquées aux vendeurs tiers qui utilisent sa plate-forme vont ainsi être revues. Les vendeurs se plaignaient de pratiques déloyales de la part du géant américain de la distribution en ligne. Leurs droits et responsabilités vont donc être clarifiés.

L'accord prévoit que:

→ Désormais Amazon devra donner un préavis de 30 jours pour pouvoir retirer un vendeur de sa plate-forme. Sa décision devra par ailleurs être expliquée. Jusqu'à aujourd'hui, la firme américaine pouvait agir avec effet immédiat et sans explication.
→ Les vendeurs tiers des plates-formes en Europe auront aussi la possibilité, dans certains cas, de recourir à la justice - par exemple en cas de litige avec Amazon sur les coûts des retours ou des remboursements de produits.

58%
ventes
58% des ventes de produits sur la plate-forme d'Amazon proviennent de vendeurs tiers.

Notons que les vendeurs tiers représentent 58% des ventes de produits sur la plate-forme d'Amazon.  

En Allemagne et ailleurs

Ces changements doivent prendre effet dans 30 jours, lit-on dans un communiqué d'Amazon. Outre l'Allemagne, les sites de plusieurs pays hôtes de l'Union européenne adapteront ces conditions: Grande-Bretagne, France, Italie et Espagne. L'Allemagne est toutefois le deuxième le plus grand marché d'Amazon, derrière États-Unis.

"Nous sommes parvenus à des améliorations considérables pour les distributeurs sur les places de marché d'Amazon", indique le président de l'Office fédéral, Andres Mundt. "Nous abandonnons notre enquête."

L'enquête allemande portait sur les pratiques relatives aux résiliations de contrat, aux retards de paiement et aux conditions de livraison.

L'Office fédéral de lutte contre les cartels enquêtait depuis sept mois sur la transparence entre le géant de la distribution et les vendeurs tiers. En ligne de mireles pratiques relatives aux résiliations de contrat, aux retards de paiement et aux conditions de livraison.

"Nous allons continuer de travailler dur, d'investir massivement et d'inventer de nouveaux outils et services pour aider nos partenaires commerciaux à travers le monde à atteindre de nouveaux clients et développer leur activité", affirme-t-on chez Amazon.

Gafa vs. autorités 

Les géants du numérique font l'objet d'une attention accrue de la part des régulateurs européens. Ainsi, Google s'est vu infliger en mars dernier une amende d'un montant de 1,49 milliard d'euros par la Commission européenne pour abus de position dominante lié à sa régie publicitaire AdSense.

L'Office fédéral allemand, qui avait aussi ouvert une enquête sur Facebook, a demandé en février dernier au réseau social de mettre fin à certaines de ses pratiques en matière de collecte de données, estimant que le groupe dirigé par Mark Zuckerberg avait abusé de sa position dominante sur le marché pour recueillir des informations sur ses utilisateurs à leur insu.

Enfin, la Commission européenne ouvre aussi une enquête afin de savoir si Amazon abuse des données de ventes au détriment des vendeurs tiers. Le géant américain est soupçonné d'avoir détourné à son profit des données d'autres magasins en ligne qui utilisent sa plate-forme pour identifier, par exemple, les produits les plus populaires auprès de tel ou tel profil de consommateur.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect