analyse

Valorisée à 400 millions, Odoo s'ouvre à un fonds américain

Odoo, dont on voit à l'avant-plan le patron Fabien Pinckaers, compte aujourd’hui plus de 750 employés. ©Debby Termonia

Le spécialiste du logiciel de gestion d’entreprises Odoo a attiré un important fonds américain, avec le soutien de la SRIW et de Noshaq. Montant de l'opération: 81 millions d'euros

Odoo, la scale-up wallonne active dans les logiciels de gestion d'entreprises, a mené à bien une opération de refinancement à hauteur de 90 millions de dollars (quelque 81 millions d'euros). Le fonds d’investissement américain Summit Partners a injecté 50 millions d'euros dans le cadre de la sortie partielle d'actionnaires historiques. Les quelque 31 millions d'euros restants proviennent de la SRIW, qui augmente sa participation, de Noshaq (ex-Meusinvest) et du management.

Summit Partners et Noshaq se joignent à l'aventure

Summit Partners, une société de capital-risque de renommée mondiale basée à San Fransisco, gère actuellement un portefeuille de 19 milliards d’euros. Le fonds est investi dans différentes branches comme la technologie ou la santé. Il a notamment pris une participation dans Ogone. Mais le fonds californien n’était pas le seul à regarder de près la société belge. "Nous avons reçu sept lettres d’intention ces derniers mois", affirme Fabien Pinkaers, CEO et fondateur d’Odoo.

"Mais l’offre de Summit était la plus intéressante et ils nous suivent déjà depuis pas mal de temps avec assiduité", reconnaît-il. Le fonds pourra apporter à Odoo ses conseils sur la manière d’aborder le marché américain, où l’entreprise belge génère déjà 35% de son chiffre d’affaires. "Mais nous avons encore des progrès à y faire en terme de marketing", reconnaît Pinkaers. Le fonds rejoint donc la direction et les actionnaires actuels, dont la SRIW, Sofinnova et XAnge, dans le capital de la société.

Au terme de l’opération de redistribution du capital, le fondateur d’Odoo Fabien Pinkaers détiendra toujours le contrôle de l’entreprise avec un peu plus de 52%. La SRIW porte sa participation à près de 8,5% en investissant 10 millions d’euros supplémentaires. Noshaq fait son entrée au capital de cette pépite wallonne à hauteur de 10 millions d’euros, ce qui lui conférerait 2,4% des parts. Pour l’invest liégeoise, cette opération était l’opportunité à ne pas manquer pour monter à bord de cette entreprise à la croissance remarquable. Cette redistribution du capital permet de valoriser Odoo à plus de 400 millions d’euros. Pinkaers se refuse à reconnaître cette valorisation. "La valorisation n’est pas importante pour nous. Ce qui compte, c’est la bonne marche du business", affirme-t-il. Et de ce point de vue, les choses se déroulent plutôt bien pour la jeune entreprise avec des taux de croissance de 50 à 60% par an, des revenus récurrents grâce au système d’abonnements mis en place et un taux de rétention de 100%. "Actuellement, la perte d’un client est largement compensée par l’augmentation du chiffre d’affaires générée par les autres", se réjouit Pinkaers.

Pour mieux grandir

Nous finançons les start-ups, mais avons aussi les moyens de financer de vraies scale-ups pour maintenir leur centre de décision en Wallonie.
SRIW

L'objectif de cette levée de fonds, qui ne se traduit pas par une augmentation de capital: soutenir Odoo dans le développement et l'expansion globale, lit-on dans un communiqué de Summit Partners.

Pinkaers insiste sur ce fait: "Il ne s’agit pas d’une augmentation de capital mais d’une opération secondaire! Même si Summit Partners était demandeur pour une part plus importante dans le cadre d’un élargissement de notre tour de table, nous n’avons pas besoin d’argent frais. Les ventes de nos produits libèrent une marge brute de 83% qui nous permet d’assurer notre développement en interne. Nos besoins proviennent essentiellement du recrutement de talents, essentiellement des développeurs. Notre seul challenge est de gérer notre croissance interne. Nous ne voulons pas de croissance externe. On tient trop à notre culture d’entreprise."

Un signal de la SRIW 

L’opération s’est déroulée à la faveur de la sortie partielle de deux actionnaires historiques, Sofinnova et XAnge, qui ont cédé près de la moitié de leur participation. La SRIW, présente au capital depuis 2014 et qui augmente sa participation de 10 millions d’euros, et Noshaq, qui en apporte autant viennent renforcer le tour de table aux côtés du management qui allonge 12 millions supplémentaires.

Le bras financier de la Région wallonne estime que cet investissement est "un signal que l’on veut donner au marché (…). Nous finançons les start-ups, mais avons aussi les moyens de financer de vraies scale-ups pour maintenir leur centre de décision en Wallonie", fait savoir la porte-parole de la SRIW. "Odoo s’inscrit parfaitement dans notre axe stratégique numérique à partir duquel nous avons développé un écosystème de start-up avec notre fonds d’investissement LeanSquare", explique Gaëtan Servais, CEO de Noshaq.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n