Philips songe à mettre sa division appareils électroménagers à l'étalage

Pour Frans van Houten, le CEO de Philips, toutes les options sont ouvertes pour la division "appareils électroménagers". ©REUTERS

Le champion néerlandais de l'électronique a acté un bénéfice 2019 en hausse de près de 7%. Philips a également laissé entendre qu'il pourrait se séparer de son activité d'appareils électroménagers pour se concentrer sur le secteur de la santé.

La division des appareils électroménagers de Philips est-elle prête à être mariée? Oui, à en croire Frans van Houten, le patron du géant néerlandais. Pour lui, "la performance de l'activité appareils électroménagers a considérablement été améliorée au fil des ans, ce qui a apporté une contribution très importante à Philips". Cela étant, le CEO de Philips ne semble pas attaché à garder les appareils ménagers, les machines à café ou encore les purificateurs d'air dans son giron.

"Cette activité n'est pas un choix stratégique pour notre avenir en tant que leader des technologies de la santé", a indiqué Frans van Houten ce mardi, à l'occasion de la publication des résultats annuels de son groupe. Et le patron de préciser qu'il était en quête d'"une bonne maison pour que cette entreprise continue de prospérer et de croître au fil du temps." 

Structure juridique distincte

Nous chercherons des moyens de vendre (l'activité) ou de la rendre indépendante. L'idée est que Philips n'en sera plus le propriétaire et que nous utiliserons ensuite les recettes pour réinvestir dans l'entreprise.
Frans van Houten
CEO de Philips

Concrètement, Philips va créer une structure juridique distincte au sein du groupe pour cette activité qui a comptabilisé un chiffre d'affaires de 2,3 milliards d'euros en 2019. Le processus devrait être achevé dans 12 à 18 mois. Il marquera une nouvelle étape dans la mutation de Philips en un spécialiste des technologies de la santé après, notamment, le récent désengagement de l'entreprise néerlandaise dans le domaine de l'éclairage.

Frans van Houten n'a pas voulu donner le montant espéré par Philips grâce à cette vente. Il indique uniquement que "cette activité a de la valeur" et qu'elle "suscitera beaucoup d'intérêt". "Nous chercherons des moyens de vendre (l'activité) ou de la rendre indépendante. L'idée est que Philips n'en sera plus le propriétaire et que nous utiliserons ensuite les recettes pour réinvestir dans l'entreprise", a encore expliqué le patron néerlandais.   

Un bon cru 2019 

Sur les marchés, l'amorce de ce nouveau virage laisse les investisseurs dubitatifs. À la Bourse d'Amsterdam, le titre Philips a joué au yoyo dans les deux premières heures de la séance de ce mardi. Peu après 13 heures, il perdait plus de 3% avant de réduire légèrement ses pertes.  

En marge de ces annonces sur le futur de sa division d'appareils électroménagers, Philips a publié des résultats 2019 qu'il qualifie d'"encourageants", malgré un "environnement difficile". Le groupe a dégagé un bénéfice net en progression de près de 7% pour l'ensemble de l'exercice écoulé à 1,17 milliard d'euros. Hausse également pour les ventes de Philips qui ont atteint 19,48 milliards d'euros en 2019, soit un bond de 7,5% sur un an.

La fin de l'exercice 2019 a été un peu plus chaotique avec un bénéfice net du quatrième trimestre en recul de près de 18% en glissement annuel. Le groupe explique que cette chute est principalement due à des impôts sur les revenus plus importants. 

Pour l'année en cours, Frans van Houten s'attend à voir le chiffre d'affaires de son groupe grappiller 4 à 6% à périmètre comparable. Le CEO anticipe aussi une amélioration d'environ 100 points de base de la marge opérationnelle ajustée pour l'ensemble de l'année. 

Cinq inventions qui ont marqué l’histoire du géant de l’électronique

1932 | La lampe à vapeur de sodium

La société néerlandaise Philips a commencé son activité en tant que producteur de lampes, dès la fin du 19e siècle. L’une de ses premières inventions: la lampe à vapeur de sodium. Commercialisée dès 1932 sous le nom de "Philora", elle est principalement utilisée pour l’éclairage des voies publiques, et surtout des tunnels.

1963 | La cassette audio

La première cassette audio a été développée en 1963 par l’ingénieur flamand Gilbert Mestdagh, qui travaillait pour le compte de Philips. Petite, compacte et transportable partout, elle permet d’enregistrer n’importe quel son, notamment les chansons qui passent à la radio. C’est le début des copies illégales de musiques.

1982 | Le disque compact (CD)

Électrisé par le succès de sa cassette, Philips collabore avec Sony pour introduire en 1982 le disque compact (CD). Ce nouveau format numérique constitue un tournant dans l’industrie musicale: de meilleure qualité que la cassette, il offre un son pur, sans bruit de fond. Le CD devient alors rapidement la norme du stockage de données.

2001 | La machine à café Senseo

Le géant néerlandais diversifie son équipement d’électroménager dès les années 2000. Avec le groupe américain Sara Lee, Philips lance Senseo, la première machine à café en dosettes à usage domestique. Les premiers appareils sont commercialisés aux Pays-Bas en 2001, avant d’atteindre progressivement le reste de l’Europe. 

2012 | LE SYSTÈME ALLURA CLARITY

Philips s’est ensuite davantage consacré au domaine de la santé. En 2012, la société a introduit AlluraClarity, une salle d’intervention destinée au traitement de maladies cardiovasculaires. Associé à une technologie de traitement d’images en temps réel, le système offre "une visualisation optimale" à faible dose de rayons X, peu importe la corpulence du patient. 

Louise Renson


Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés