Publicité
Publicité

Pourquoi Universal Music vend-il son catalogue aux réseaux sociaux?

Taylor Swift est l'une des têtes d'affiche du catalogue d'Universal. Ses chansons sont aussi massivement utilisées sur les réseaux sociaux comme TikTok. ©Photo News

Universal Music et le réseau social Lomotif sont désormais partenaires. Le label de musique compte sur les réseaux sociaux pour générer de nouveaux revenus.

Universal Music vient de signer un accord avec Lomotif, le nouveau TikTok, pour donner accès à son catalogue musical. Cet accord de licence fait écho à d’autres accords du même type entre le label et des réseaux sociaux au cours des derniers mois.

Lomotif est une application de partage de vidéo que l’on peut comparer à TikTok sur beaucoup de points (utilisation de la vidéo, mini-clips de karaoké et ambiance pop) et qui fait de plus en plus parler d’elle. Selon les termes de l’accord entre les deux sociétés, les utilisateurs de Lomotif auront accès à des milliers de chansons d’artistes du label musical comme Drake, Taylor Swift ou la jeune popstar Olivia Rodrigo. Ils pourront utiliser ces chansons dans les clips vidéo qu’ils posteront sur le réseau social. Car à l’image d'un réseau comme TikTok, quasi toutes les vidéos postées sur le réseau social singapourien sont accompagnées d’un hit musical qui rend le clip de 30 secondes vivant et accrocheur.

Nouvelle source de revenus et de promotion

La licence d’utilisation de Lomotif devrait durer deux ans et en échange Universal devrait recevoir un pourcentage fixe des revenus générés par l’application. Universal est coutumier du fait puisque le géant de la musique a déjà signé ce type de contrat avec Snap, la maison mère de Snapchat, TikTok et Triller, confirmant au passage que les médias sociaux sont devenus des sources de revenus de premier plan pour les propriétaires de catalogues musicaux. Le streaming reste pour le moment la principale source de revenus pour l’industrie musicale, mais cette diversification vers les plateformes sociales pourrait changer la donne dans un avenir proche. Ce constat peut faire sourire, car pendant des années ces deux industries se sont affrontées en justice pour des questions de droits d’auteurs lorsque des utilisateurs de plateforme sociale utilisaient des extraits de chansons. Le potentiel financier pour les uns et l'avantage concurrentiel pour les autres semblent avoir réussi à accorder les violons des deux camps.

300
Millions de vidéos vues par mois
Le réseau social Lomotif a explosé au cours des derniers mois, principalement en Asie.

Dans la balance, la promotion dont bénéficient les artistes et leurs chansons via les réseaux sociaux, a pesé très lourd. L’industrie musicale a compris qu’elle pouvait se servir des réseaux sociaux pour vendre ses artistes comme elle utilisait la télévision à l’époque. Pour Universal Music, qui gère environ un tiers de la musique produite sur terre, l'impact est énorme. Les réseaux sociaux payent pour utiliser le catalogue du label et ses artistes se retrouvent dans des mini-clips vus pour certains par des millions de personnes et plus efficaces que n'importe quelle campagne publicitaire.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés