Publicité

Qover lève 20 millions pour concrétiser ses ambitions mondiales

Jean-Charles Velge et Quentin Colmant, les deux cofondateurs de Qover, ont fait de leur start-up un leader de l'insurtech en à peine cinq ans.

La jeune pousse bruxelloise poursuit son ascension avec une levée de fonds qui va lui permettre d’engager 80 personnes dans les prochains mois. Objectif monde pour Qover.

"Avec cette levée de fonds, on change de catégorie." Jean-Charles Velge et Quentin Colmant l’ont bien compris, après cinq ans d’activité, Qover entre dans une nouvelle dimension. Fondée en 2016 à Bruxelles, cette pépite technologique s’était donné pour ambition de révolutionner le secteur de l’assurance. Aujourd’hui les deux fondateurs touchent du doigt leur rêve. Qover assure plus d’un million de personnes à travers le monde via ses solutions d’assurance digitales innovantes et sans frontières.

Les solutions d’assurance proposées par Qover sont disponibles en temps réel via une API (interface qui permet la programmation d’applications) ou des marques blanches qui peuvent être intégrées rapidement dans les plateformes digitales de ses clients. C'est une révolution pour le secteur, où Qover est quasiment la seule à proposer cette technologie. Elle a même quelques années d'avance sur ses concurrents, mais cela ne s'est pas fait sans mal. "On a mis 5 ans à assembler toutes les briques. Il y a eu l’infrastructure, les assurances, le côté légal, la technologie et enfin l’opérationnel. Tout est maintenant prêt pour servir des clients paneuropéens ou globaux", explique fièrement Jean-Charles Velge.

"Depuis l’annonce de notre deal avec Revolut, on est invité pour se disputer les meilleurs contrats face aux assureurs traditionnels."
Jean-Charles Velge
Cofondateur de Qover

Après avoir assemblé les briques, il faut maintenant agrandir la maison et conquérir des parts de marché. Pour cela, les 20 millions d’euros levés vont notamment servir à recruter 80 personnes dans les prochaines semaines. Les recrutements sont destinés majoritairement aux départements commercial et marketing, car ce que veut Qover c’est "signer les plus gros deals, le plus vite possible. Tout est prêt pour accueillir de très gros clients".

Dans la cour des grands

Qover avait déjà passé un cap il y a quelques mois avec la signature d’un partenariat avec la néo-banque Revolut présente à l’international. Elle fournit désormais trois produits d'assurance à la néobanque dans 33 pays. Après Deliveroo et Wolt, ce contrat a fait entrer Qover dans la cour des grands. Cette étape-ci confirme son statut de valeur sûre d’un secteur qu’elle a défriché. "Il y a 5 ans, le mot insurtech n’existait même pas, on faisait simplement partie de la grande verticale fintech", explique Quentin Colmant. En 5 ans, les choses ont bien changé et la jeune pousse bruxelloise est désormais conviée à la table des grands acteurs du secteur.

80
personnes recrutées
Qover va recruter 80 personnes dans les prochaines semaines.

"Depuis l’annonce de notre deal avec Revolut, on est invité pour se disputer les meilleurs contrats face aux assureurs traditionnels." Ces assureurs sont à la fois ses concurrents et ses partenaires puisque Qover n’est pas assureur lui-même et n’a pas l’ambition à moyen terme de le devenir selon les deux fondateurs. "Les assureurs portent le risque et nous faisons le reste jusqu’à la gestion du client final dans la langue de son pays." Tout se fait depuis Bruxelles, où comptent bien rester les deux associés et leurs employés. "Mais si quelqu'un appelle pour un sinistre depuis la Roumanie, ce sera via un numéro roumain et on lui répondra en roumain", assure Jean-Charles Velge.

Deux nouveaux fonds d'investissement

Avec une offre 100% digitale et un positionnement qui l’oriente vers une clientèle de jeunes sociétés en croissance comme Cowboy chez nous ou Deliveroo à l’international, Qover va devoir encore étendre son rayon d’action pour engranger des parts de marché et affirmer son statut de leader européen. "On est très fort pour les fintechs et tout ce qui touche la gig economy (économie de plateforme type Airbnb ou Deliveroo, NDLR), on s’attaque maintenant à l’e-commerce", nous répond Quentin Colmant.

"L’assurance est un marché passionnant et très vaste, mais traditionnel et lent à innover. "
Margaret Perchik
Directrice de Prime Ventures

C’est aussi pour cela qu’elle sera désormais accompagnée de deux nouveaux fonds d’investissement dans son développement. Prime Ventures, qui a notamment déjà investi dans GlobalCollect et Takeaway.com, a mené cette levée de fonds accompagné de Cathay Innovation, un fonds mondial dédié aux entreprises technologiques, sans oublier les actionnaires historiques. "L’assurance est un marché passionnant et très vaste, mais traditionnel et lent à innover. Qover a mis au point une plateforme technologique qui lui permet de lancer et d’intégrer presque n’importe quel produit d’assurance et de le proposer au-delà des frontières, de manière rapide et fiable", nous explique Margaret Perchik, directrice chez Prime Ventures, pour commenter son investissement. Cette nouvelle levée de fonds porte l’investissement total dans  la société bruxelloise depuis ses débuts à 35 millions d’euros. Et ce ne sera certainement pas la dernière, vu la courbe de croissance vertigineuse de Qover.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés