San Francisco, capitale de la high-tech, interdit la reconnaissance faciale

©BELGAIMAGE

Le conseil municipal de San Francisco s'est prononcé en faveur d'une mesure interdisant la reconnaissance faciale par la police et les agences gouvernementales.

La décision est quasi unanime. Ce mardi, le conseil municipal de San Francisco s’est prononcé, à huit votes contre un, en faveur d’une mesure radicale concernant l’usage de la reconnaissance faciale, cette technologie qui permet d’identifier quelqu’un à l’aide d’une photo ou d’une vidéo. D’ici un mois, la police et les agences gouvernementales ne pourront plus recourir à l’outil.

L’interdiction ne concerne cependant ni les aéroports ni les sites régulés par les autorités fédérales.

Pour les partisans de la nouvelle réglementation, l’utilisation de logiciels et de caméras pour identifier des personnes n’est pas encore "au point", a estimé l’élu Aaron Peskin.

"La propension de la technologie de reconnaissance faciale à mettre en danger les droits civils et les libertés civiques surpasse nettement ses supposés bénéfices, relève la décision. Cette technologie va exacerber l’injustice raciale et menacer notre capacité à vivre à l’abri d’une surveillance permanente du gouvernement."

Cette technologie va exacerber l’injustice raciale et menacer notre capacité à vivre à l’abri d’une surveillance permanente du gouvernement.
conseil municipal de San Francisco


Une interdiction similaire est envisagée à Oakland, qui abrite dans sa région des géants des nouvelles technologies comme Facebook, Twitter, Uber ou Google.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect