Star déchue de la bourse, Barco ne fait plus son cinéma

Le très net ralentissement de l'activité des cinémas, voire même la fermeture de certaines salles, pèsent sur les chiffres de Barco. ©RV DOC

Le bond de 150% de l’action Barco enregistré en 2019 a été complètement effacé par la pandémie. Le groupe, qui est un fournisseur des salles obscures, publiera ses résultats trimestriels ce mercredi matin.

On ne le penserait pas à première vue, mais le groupe Barco , spécialisé dans les technologies de l’image, a aussi encaissé le Covid-19 comme un coup de poing en plein plexus. Imaginez: en 2019, Barco s’est envolée et est devenue l’une des star d’Euronext Bruxelles avec un bond de 150%, à 35 euros. Et puis la pandémie a fait son apparition et la star a mordu la poussière retombant à 15 euros en mars. Depuis janvier, la société a perdu près de la moitié de sa valeur.

C’est que, à côté de son activité de vidéoconférences (ClickShare) - qui reste le plus gros contributeur à la valorisation selon les estimations de KBC Securities - Barco est présent dans les soins de santé et… les cinémas pour lesquels il livre des projecteurs lasers.

-49%
Depuis le début de l'année, le titre Barco a perdu près de la moitié de sa valeur.

Il suffit de voir les difficultés rencontrées par Kinepolis pour mesurer l’ampleur du désastre. Début du mois, le géant Cineworld, un client de Barco, a décidé de fermer temporairement ses salles aux États-Unis et au Royaume-Uni après l’annonce du report du nouveau James Bond.   

Moins optimistes

C’est dans ce contexte que Barco dévoilera, ce mercredi, ses résultats pour le 3e trimestre. On se souviendra que ceux du 1er semestre ont déçu entraînant une chute de 10% de l’action.

La baisse du chiffre d’affaires s’est révélée plus conséquente que celle attendue par le marché. Le groupe courtraisien a également signalé qu’il s’attendait à ce que le 2e trimestre soit le plus faible de l’année. Pour le segment des cinémas, il tablait pour juillet-septembre sur une performance similaire à celle du 2e trimestre, suivie par une modeste amélioration au 4e.

"Le trading update du 3e trimestre pourrait être marqué par des perspectives moins optimistes pour ce segment engendrant une révision à la baisse des chiffres du consensus pour 2020 et 2021", souligne, pour sa part, Guy Sips de KBC Securities.

"Comme nous sommes plus prudents sur la reprise des activités cinéma digital, nous avons réduit notre objectif de cours à 22 euros mais maintenu notre conseil à acheter".
Guy Sips
Analyste chez KBC Securities

Target baissé

Pour le 3e trimestre, ce même consensus table sur des ventes du groupe de 204,9 millions d’euros et Guy Sips sur un chiffre de 209,4 millions. Pour le segment loisirs, il anticipe un niveau de 68,6 millions d’euros et le marché, 70,9 millions. "Comme nous sommes plus prudents sur la reprise des activités cinéma digital, nous avons réduit notre objectif de cours à 22 euros (contre 26,8) mais maintenu notre conseil à acheter".

L’analyste souligne que, grâce à des mesures prises antérieurement, le business model de Barco est désormais plus résilient. Il s’attend aussi à observer des signaux positifs du côté de ClickShare qu’une seconde vague de la pandémie risquerait cependant de menacer.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés