Sur quelle planète vit Elon Musk?

©AFP

Tweets incontrôlés, valeur boursière en chute libre, enquête de la SEC et acte de contrition où il exprime ses craintes que le pire soit à venir. Musk semble perdre la tête. Mais peut-être était-ce déjà le cas? Où cela va-t-il s’arrêter? La réponse: sur Mars.

"Do you think I’m insane?" C’est la première phrase de la flatteuse biographie d’Elon Musk publiée par le journaliste américain Ashlee Vance. Musk lui pose la question pendant un déjeuner dans la Silicon Valley, où il reconnaît s’inquiéter pour son ami Larry Page, cofondateur de Google, car il serait en train de construire une armée de robots destinés à anéantir l’humanité.

Cette question, toute la Silicon Valley, Wall Street et le reste du monde se la posent également depuis que le patron de Tesla a reconnu qu’il avait perdu les pédales et ne trouvait le repos que grâce à Ambien (un puissant hypnotique vendu aux États-Unis), que même le jour de son anniversaire, il avait travaillé 24 heures d’affilée sans voir personne, et qu’il craignait que le pire soit encore à venir. Cette confession au New York Times semblait surtout devoir servir d’excuse au tweet catastrophique de la semaine dernière, où il annonçait sa volonté de retirer Tesla de la Bourse. Dès la publication du tweet, le cours du constructeur s’est envolé, mais lorsqu’il est apparu que la question du financement n’était pas résolue, le vent a tourné. Elon Musk s’est retrouvé face à des investisseurs en colère qui l’ont attaqué en justice. Les autorités boursières américaines (SEC) ont diligenté une enquête. Son conseil d’administration a laissé entendre qu’il souhaitait le remplacer.

"Am considering taking Tesla private at $420. Funding secured."
7 août 2018

Court-circuit neuronal

Tesla

37.000 salariés

11,76 milliards de dollars de revenus. Perte nette de 1,96 milliard en 2017

101.312 voitures produites depuis le lancement

Space X

7.000 salariés

Valeur estimée: 25 milliards de dollars

Premier vol spatial habité prévu pour avril 2019

 

La personnalité d’Elon Musk est de plus en plus critiquée. Le site Wired – spécialisé en technologie – l’a comparé à Donald Trump. "Il fustige les médias et les analystes financiers. Ses fans critiquent ses opposants, les traitant de short sellers ou d’emotional babies." Comme Trump, ses principales annonces sont surtout destinées à détourner l’attention des problèmes rencontrés. D’anciens employés témoignent de sa grossièreté, de son décalage par rapport au monde réel et de l’arrogance avec laquelle il les traitait comme des esclaves. Une anecdote: quand un employé manquait une activité de l’entreprise à cause, par exemple, de la naissance d’un enfant, il recevait immédiatement un e-mail de Musk. "Ce n’est pas une excuse. Tu dois savoir quelles sont tes priorités. Nous changeons le monde, nous changeons l’histoire, et tu dois t’y engager, sinon tu ferais mieux d’aller voir ailleurs."

Musk a beau être un génie qui connaît jusqu’au moindre détail l’intérieur d’une voiture et le moteur d’une fusée, il veut aussi tout contrôler et ne délègue rien. Comme lorsque l’attendu Model S de Tesla est enfin sorti de l’atelier. "Il se couchait sous les voitures pour inspecter les passages de roue", raconta un jour Steve Jurvetson, membre du Conseil.

Son caractère, sa première épouse Justine Wilson l’a subi dès les premières semaines de leur mariage, et elle en a très vite a eu assez de ses critiques incessantes. "Je suis ta femme, lui a-t-elle dit, pas ton employée." Sur quoi Musk aurait rétorqué: "Si tu étais mon employée, je te licencierais."

Mais Musk est conscient du caractère anormal de son comportement, comme en témoigne l’e-mail qu’il a un jour envoyé à un ami: "Je suis par nature un obsessionnel compulsif. Ce qui compte pour moi et pas un peu c’est de gagner. Dieu seul sait pourquoi… Ça doit être provoqué par l’un ou l’autre trou noir psychanalytique ou par un court-circuit neuronal."

"Il se couchait sous les voitures pour inspecter les passages de roue."
Steve Jurvetson
membre du Conseil chez Tesla


Ses intimes font souvent allusion à sa jeunesse en Afrique du Sud. Elon Musk aime se vanter à propos de ses grands-parents aventuriers qui ont survolé l’Afrique, se sont même rendus en Australie dans un avion qu’ils avaient construit, mais il reste très vague à propos des années sombres. Il était harcelé à l’école et a souffert lorsqu’il est allé y vivre avec son père après le divorce de ses parents. Dans sa biographie, Elon et son frère Kimbal évoquent tous deux le fait qu’ils ont subi une forme de torture psychologique. "Notre père n’est pas un homme heureux. Je ne sais pas… et zut… je ne sais pas comment on devient comme lui. Cela n’apportera rien de bon d’en parler."

"And, no, I’m not an alien… but I used to be one."
12 juin 2016

"Cette semaine, nous avons enfin découvert qu’Elon Musk n’était pas Dieu, commente l’économiste Geert Noels. Le seul problème, c’est qu’il n’est pas encore au courant."

Musk se présente comme étant le seul visionnaire qui, avec PayPal, a réussi à mettre le secteur financier sens dessus dessous, a réveillé l’industrie automobile, souhaite enterrer le secteur du transport avec ses tunnels Hyperloop, et mettre au défi des puissances mondiales comme la Chine et la Russie en donnant un nouveau souffle à l’industrie spatiale américaine avec SpaceX. Car, selon lui, la Nasa dort depuis vingt ans. Il est devenu l’exemple des adeptes de l’utopique Silicon Valley persuadés que c’est la technologie, et non les pouvoirs publics, qui sauvera le monde des maladies, de la faim et du climat. "Si nous ne devenons pas une civilisation de l’espace, nous dépendrons d’une seule planète, et la durée potentielle de la civilisation humaine sera fortement hypothéquée, a-t-il un jour déclaré en interview. C’est ce que je veux éviter."

Contre le "carcan boursier"

"Bankruptcy. Elon was found passed out against a Tesla, surrounded by Teslaquilla bottles."
1er avril 2018

"Elon Musk is broken, and we have broken him", a titré Wired il y a 6 jours. Or, la Silicon Valley a besoin de dieux. Auparavant, ce rôle était endossé par Steve Jobs. Il a été repris par Elon Musk. Dans un éditorial pour Forbes, le psychiatre américain Prudy Gourguechon l’explique ainsi: "Nous sommes comme des enfants qui idolâtrent leurs parents. Mais quand nous grandissons, nous les laissons tomber parce qu’ils sont arrogants, confus et pas suffisamment divins. C’est ce qui lui arrive."

L’entrepreneur belge Pieter Casneuf, qui a fait fortune en revendant sa société Adam Software à un géant américain, ne comprend pas pourquoi on crache sur l’homme. "Tesla est en voie de devenir le cinquième producteur automobile des États-Unis et vend plus de voitures que Porsche." Pour Casneuf, Musk personnifie le véritable entrepreneuriat, devenu trop rare.

De nombreux fans expliquent les cabrioles de Musk comme une forme de protestation contre le carcan boursier dans lequel se trouve Tesla. Les vendeurs à découvert ("shorters") qui ont pris des positions lourdes misant sur une chute du cours de Bourse le rendent fou. La vision à court terme de la Bourse ne serait pas adaptée à un visionnaire comme Musk. C’est ce qui explique les discussions à propos d’un éventuel rachat par le fonds étatique d’Arabie saoudite. "Ce raisonnement est tiré par les cheveux, estime Geert Noels. S’il y a une entreprise qui prouve que les investisseurs misent sur le long terme, c’est bien Tesla. Même si elle a manqué régulièrement ses objectifs, la société a encore une valeur boursière de 54 milliards de dollars, ce qui est plus élevé que Ford ou BMW."

Remplacement

©REUTERS

L’appel à remplacer Musk comme CEO de Tesla, ou du moins de lui adjoindre un solide directeur des opérations, est de plus en plus pressant. Sheryl Sandberg, directrice des opérations chez Facebook, aurait déjà été approchée. "En tant que visionnaire, Musk est irremplaçable. Mais certainement pas en tant que directeur des opérations ou génie financier", estime Geert Noels. Dans le Times, Musk a réagi à ces rumeurs d’une manière très personnelle: "Si vous trouvez quelqu’un qui peut mieux faire le boulot, SVP faites-le-moi savoir." Car il est convaincu que personne ne combine suffisamment de connaissances, de passion et de volonté pour tenir les promesses apparemment impossibles de ses entreprises. Il a par ailleurs l’habitude d’être sous le feu des critiques. Chez PayPal, il a été confronté en 2000 à un véritable putsch. Un groupe de cadres dirigeants voulait le remplacer au poste de CEO par Peter Thiel. Ils ont attendu qu’il soit à bord d’un avion pour son voyage de noces en Australie – un voyage reporté de 9 mois à cause du travail – pour en informer le conseil. Si Musk a pris le 1er avion pour rentrer, les frondeurs ont réussi leur coup. Il est cependant resté à bord en tant que principal actionnaire. En 2012, Tesla a touché le fond au point que la production a dû être arrêtée. Musk a contacté son ami Larry Page de Google. Ils ont réglé en une poignée de mains le rachat de Tesla par Google… avant que les commandes s’envolent et que ce plan s’enterre.

"En tant que visionnaire, Musk est irremplaçable. Mais certainement pas en tant que directeur des opérations ou génie financier."
Geert Noels
économiste

Coloniser Mars

Ce n’est pas non plus la première fois que Musk ressemble à une épave. "Son poids change en fonction de son niveau de stress et il grossit lorsqu’il est surchargé de travail. On pourrait trouver drôle que Musk parle autant de la survie de l’humanité, mais qu’il ne soit pas prêt à voir l’impact de son mode de vie sur sa propre santé", écrit Ashlee Vance. "Sa capacité à rester concentré en pleine crise est une des grandes qualités de Musk", estime Antonio Gracias, investisseur dans Tesla et SpaceX. Il fait allusion à l’année 2008, lorsque Tesla était au bord de la faillite et que Musk avait perdu son premier enfant d’une mort subite. "La plupart des gens qui se retrouvent sous une telle pression ne sont plus équilibrés. Elon au contraire devient hyper rationnel. Je n’ai jamais vu personne capable de supporter de cette manière une telle douleur."

Et même si Musk doit transmettre le volant de Tesla, reste à savoir si cela le dérange vraiment. "Il est investi corps et âme dans SpaceX, a confié son amie Christie Nicholson. La conquête spatiale est sa vraie passion."

Sa tête est, d’ailleurs, sans doute déjà ailleurs: sur Mars. Son objectif ultime est d’atteindre et de coloniser cette planète. Il a déjà tout calculé. Lorsque son biographe lui a demandé ce qu’il était prêt à miser, il a répondu: "Tout ce que les autres chérissent. J’aimerais mourir sur Mars. J’aimerais visiter cette planète, puis revenir sur terre, et ensuite repartir sur Mars quand j’aurai 70 ans et y rester. Si tout se déroule comme prévu, ça devrait pouvoir se faire. Si ma femme et moi avons beaucoup d’enfants, elle décidera probablement de rester sur terre avec eux."

"Do you think I’m insane?" Selon Ashlee Vance, la réponse à cette question n’a aucune importance. Musk voulait simplement vérifier si son biographe croyait à sa mission supérieure, à laquelle toutes ses entreprises sont subordonnées. "Il voit l’homme comme une espèce qui s’autolimite, qui est menacée d’extinction. Et il veut y faire quelque chose."

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés