TikTok dénonce la quête électoraliste de Trump

Sans un accord avec Oracle et Walmart, tout téléchargement de TikTok risque d'être interdit dès dimanche. ©REUTERS

La plateforme de ByteDance accuse le président américain Trump d'avoir rédigé le décret interdisant le téléchargement de l'application pour des raisons électoralistes.

La saga TikTok entame un nouveau chapitre. L'application du géant chinois ByteDance tente par tous les moyens d'éviter d'être bannie des États-Unis.

Alors que le département américain du Commerce a octroyé un délai supplémentaire jusqu'au 27 septembre pour tenter de conclure un accord avec Oracle et Walmart, TikTok s'est tournée vers la justice américaine.

Elle demande à un juge tribunal fédéral de Washington de suspendre un décret de l'administration Trump qui prévoit d'interdire le téléchargement de l'application aux États-Unis dès ce dimanche.
Dans une motion déposée auprès d'un tribunal de Washington, le réseau social, filiale de l'entreprise chinoise ByteDance, affirme qu'une telle interdiction ne serait pas conforme à la Constitution des États-Unis. Une audience est prévue ce jeudi vers 16 heures (HB).

Devenir américain

Pour échapper à l'interdiction complète sur le sol américain le 12 novembre, Donald Trump exige que l'activité aux États-Unis de TikTok passe sous contrôle américain. Face aux discussions avec Oracle, le Président a déjà déclaré: "J'ai donné mon approbation à l'accord. S'ils le concrétisent tant mieux. Si ce n'est pas le cas, ça ira aussi."

12
novembre
La date du 12 novembre a été fixée pour l'interdiction complète de TikTok sur le sol américain à moins que l'app passe sous contrôle américain.

"Si les interdictions ne sont pas suspendues, les dommages causés aux plaignants seront irréparables", écrit la plateforme dans le document judiciaire.
L'application conteste en particulier l'idée que la mesure de l'administration Trump soit fondée sur des craintes pour la sécurité nationale des États-Unis.
En effet, Trump a accusé à de multiples reprises l'application d'espionnage au profit de la Chine via la collecte des données de ses utilisateurs, ce dont se défend le réseau social.

Une question électorale

"Comme l'ont prouvé des déclarations peu claires et contradictoires du président et d'autres responsables ces derniers mois, les interdictions sont plutôt motivées par des considérations politiques liées aux élections générales à venir."
TikTok

Selon TikTok, le Président n'est en effet pas motivé par des raisons de sécurité nationale. "Comme l'ont prouvé des déclarations peu claires et contradictoires du président et d'autres responsables ces derniers mois, les interdictions sont plutôt motivées par des considérations politiques liées aux élections générales à venir", assène TikTok.


Ce n'est pas la première fois que la plateforme entame une procédure judiciaire. Elle avait déjà fin août contesté l'interdiction devant la justice californienne.

Exportation de la technologie

Enfin, sa maison-mère ByteDance indique ce jeudi dans un communiqué avoir effectué auprès du ministère chinois du Commerce une "demande d'autorisation" d'exportation de technologie. Elle ne précise pas le lien entre cette demande et la situation de TikTok, voire sa vente.
Cette initiative pourrait concerner l'algorithme utilisé par l'application de vidéos, véritable valeur de la plateforme.
Jusqu'ici, la Chine refuse que ce précieux algorithme tombe dans l'escarcelle américaine. C'est pour cela que l'algorithme a été inscrit sur la liste des technologies chinoises d'intelligence artificielle ne pouvant en théorie être exportées.

WeWork cède le contrôle de sa division chinoise

Le spécialiste américain des bureaux partagés WeWork annonce la vente du contrôle de sa division chinoise à la société de private equity Trustbridge Partners. WeWork indique souffrir dans ce marché concurrentiel du faible taux d'occupation.

WeWork gardera donc une participation minoritaire et percevra annuellement une commission pour l'utilisation de sa marque.
En marge de cet accord, la division a reçu 200 millions de dollars de financement de ses investisseurs existants.


Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés