analyse

TikTok drague l’Europe pour éviter un scénario catastrophe

TikTok vient de passer le cap des 100 millions d'utilisateurs en Europe. ©ANP XTRA

TikTok ne sait toujours pas de quoi son sort sera fait aux États-Unis. En attendant, la société bétonne sa présence en Europe.

Il y a deux jours, Rich Waterworth, General Manager de TikTok pour l’Europe a annoncé que le cap des 100 millions d’utilisateurs européens avait été franchi. Tout un symbole pour celui chargé de faire en sorte que TikTok ne connaisse pas le même sort qu’en Inde ou aux États-Unis. Il n’est pas seul dans cette tâche. Il peut compter sur un ancien cadre de Google et Facebook, Cormac Keenan. Rich s’occupe des bonnes nouvelles et d’évangéliser le Vieux continent à coup de millions dédiés à la création de contenus et Cormac doit permettre à la plate-forme sociale de renforcer les politiques, technologies et stratégies de modération de TikTok tout en veillant à ce que celles-ci "soient adaptées à la culture et au contexte local", selon les dires de l’entreprise.

Pour assoir son autorité face aux interlocuteurs européens, Cormac Keenan a été bombardé chef du nouveau hub européen de l'entreprise inauguré à Dublin en janvier dernier. TikTok ne possède que 3 centres de ce type dans le monde. San Francisco et Singapour avaient déjà eu cet honneur, Dublin et sa fiscalité attractive possède maintenant un "centre de sécurité et de protection des données". Un nom taillé à la perfection pour une entreprise qui a flirté avec les frontières de la légalité en matière de protection des données.

500 millions d'ici 2022

Pour prouver sa bonne volonté en matière de respect des données de ses utilisateurs, TikTok a une équipe européenne entièrement dédiée à la protection de la vie privée. "Elle s'assure du respect des règles les plus strictes en matière de protection des données et est supervisée par le département de notre Data Protection Officer", nous explique-t-on du côté de TikTok.

En Europe, TikTok possède des bureaux classiques à Paris, Londres, Berlin et Dublin, et emploie aujourd'hui environ 400 personnes. D'ici à la fin de l'année, la société veut atteindre 1.000 personnes dont une centaine à Dublin.

Au-delà de son engagement moral, TikTok n’a pas oublié d’investir sur le continent suivant l’exemple des Google ou Amazon. La société chinoise a ainsi prévu un investissement de 500 millions de dollars via la construction d’un data center en Irlande d’ici 2022.

TikTok Europe menacé par l’imbroglio américain?

L’entité européenne de TikTok est elle menacée par la vente forcée des activités américaines de ByteDance ? A priori, non. L’accord sur la table du gouvernement américain concerne 4 pays : les Etats-Unis, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et le Canada. Ces pays font partie de la même entité business aux yeux de ByteDance. En cas d’accord, les termes du contrat s’appliqueront donc pour ces quatre pays et il ne s'agira pas d'une vente mais plutôt d'un "partenariat technologique".

Et l'Europe dans tout ça? Selon toute vraisemblance, elle sera toujours dirigée depuis la Chine par Bytedance. Sauf qu’une partie de l’accord comprendrait, selon certaines sources, une relocalisation des quartiers généraux de TikTok aux États-Unis. Dans ce cas-là, TikTok deviendrait une société américaine avec ByteDance comme actionnaire majoritaire et son partenaire américain Oracle tient la pole position pour en devenir l'actionnaire minoritaire. Cela signifie que les données des utilisateurs européens pourraient finir sur les serveurs cloud américains d’Oracle. Pas sûr que cela plaise aux autorités européennes que TikTok a pris tant de soin à amadouer. Un autre scénario crédible est du coup sur la table: déménager les quartiers généraux de TikTok vers Dublin. ByteDance y sera peut-être forcée pour ne pas perdre un troisième gros marché en 4 mois après l’Inde et les États-Unis.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés