TikTok perd son CEO... pour mieux se vendre?

Kevin Mayer, engagé pour séduire la Maison-Blanche, n'aura pas tenu longtemps face aux pressions de Donald Trump. ©AFP

Trois mois et puis s'en va. Kevin Mayer, CEO de TikTok, jette l'éponge, alors que les négociations pour la revente des activités US de l'application entrent en phase finale.

Il devait être l’homme qui allait sauver TikTok aux USA. Mais trois mois après son entrée en fonction, Kevin Mayer jette l’éponge. L’ancien boss du service de streaming de Disney, a annoncé dans la nuit de mercredi à jeudi sa démission de son poste de CEO. "C'est le coeur lourd que je vous annonce que j'ai décidé de quitter l'entreprise", a écrit Kevin Mayer dans une lettre à ses employés. Le cœur lourd et surtout les épaules chargées par une pression de plus en plus insistante de la part de l’administration de Donald Trump.

Il s’agit d’un coup dur pour TikTok, qui a tenté d'échapper à l'image d'une entreprise fortement influencée par le gouvernement chinois avec la nomination d'un patriote au look de modèle américain. Initialement embauché pour diriger TikTok au niveau mondial, Kevin Mayer a vu son rêve de diriger l’une des applications les plus populaire au monde tourner au cauchemar. Donald Trump à imposé le 6 août à la maison-mère chinoise de l’application, ByteDance, de revendre sous 45 jours (allongés à 90 entre-temps) les activité américaines de l’application, créant un nouvel épisode dans le remake de la guerre froide actuellement en cours entre les États-Unis et la Chine.

La démission de Kevin Mayer intervient alors que l'application de partage de vidéos, qui compte 100 millions d’utilisateurs aux États-Unis, a déposé une plainte lundi contre les décisions prises par le président américain à l'encontre du réseau social, qu'il accuse d'espionnage au profit de Pékin. Une plainte qui ressemble à une tentative désespérée alors que la revente semble inéluctable et de plus en plus imminente.

Une décision qui accélère le rachat de TikTok

Alors qu’à première vue le départ de Kevin Mayer semblait indiquer un ralentissement des négociations, celles-ci semblent s’être accélérées dans les heures suivant l’annonce. Le média américain CNBC annonce une vente imminente des activités américaines de TikTok. Un accord pourrait même être conclu dans les prochaines 48h, selon des sources proches du dossier.

Une vente, c’est certain. Mais à qui? Microsoft tient toujours la corde dans ce dossier. Le géant technologique américain a sauté sur l’occasion dès les menaces de bannissement de Donal Trump. Une aubaine pour Microsoft qui rêve d’une cure de jouvence et des données des utilisateurs américains de l’application préférée des adolescents. La Maison-Blanche voit d’un très bon œil l’intérêt de Microsoft, une entreprise avec laquelle le gouvernement américain travaille étroitement sur de nombreux dossiers et qui a la capacité financière et technologique pour s'emparer de ce bout du gâteau que représente TikTok.

Oracle ou Microsoft?

Dans la course au rachat, Twitter a également montré son intérêt mais vu la relation plus que tendue entre Trump et le réseau social, un deal semble improbable. Un deal qui fait aussi rêver Oracle, le géant américain des systèmes de gestion de données, qui a reçu le soutien officiel du pensionnaire de la Maison-Blanche. Rien d’étonnant quand on sait que le patron d’Oracle, le milliardaire Larry Ellison, à la tête d'une fortune de 72,8 milliards de dollars, est un grand supporter de Trump et organise régulièrement des collectes de fonds pour son poulain.

Malgré cela, Microsoft semble toujours en tête selon les bookmakers et les analystes du secteur. La firme de Redmond pourrait même conclure le deal avant le week-end... Reste à savoir pour quel montant et sous quelles modalités pratiques. La seule certitude étant que cela se fera sans Kevin Mayer.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés