Wirecard demande sa mise en faillite, l'action s'écroule

Markus Braun, le CEO démissionnaire de Wirecard au cœur du scandale. ©REUTERS

Au cœur d'un scandale financier, la fintech allemande fait état d'un trou financier de près de 2 milliards d'euros. Wirecard pourrait devenir la première entreprise cotée sur le DAX à faire faillite.

L'action Wirecard est suspendue depuis 10h20 ce jeudi. La fintech a déposé un dossier pour l'ouverture d'une procédure d'insolvabilité auprès d'un tribunal de Munich. Elle révèle avoir un trou financier de 1,9 milliard d'euros dans ses comptes. 

Elle laisse ainsi à ses créanciers près de 3,5 milliards d'euros de dettes qui ne leur seront pour l'essentiel probablement jamais remboursés, déclare une source proche du dossier. Ce montant comprend notamment 1,75 milliard d'euros de créances auprès de 15 banques et 500 millions d'euros auprès d'investisseurs obligataires. "Cet argent s'est envolé", a déclaré cette source. "On pourra peut-être récupérer quelques euros dans quelques années, mais on passe la perte dans nos comptes dès maintenant." 

3,5 milliards
euros
Wirecard laisse à ses créanciers près de 3,5 milliards d'euros de dettes.

Dans un communiqué de deux paragraphes seulement, Wirecard explique avoir entamé cette procédure devant un tribunal de Munich "en raison d'une insolvabilité imminente et d'un surendettement".

La Justice prête à examiner tous les délits

L'auditeur EY avait refusé de signer les comptes 2019. La société allemande a alors dû reconnaître que les soldes de ses comptes en fiducie "n'existent probablement pas".

Wirecard explique avoir entamé cette procédure devant un tribunal de Munich "en raison d'une insolvabilité imminente et d'un surendettement".

Le CEO de longue date Markus Braun avait été forcé à la démission. Au centre de ce scandale financier, il s'était livré à la police et avait été placé en détention avant d'être libéré sous caution. 

Les services du procureur de Munich, qui ont annoncé avoir perquisitionné le siège de l'entreprise le 5 juin, se disent prêts à examiner "tous les délits possibles".  

90% en moins

Wirecard, dont la capitalisation boursière a atteint jusqu'à 28 milliards de dollars, est la première société cotée au DAX à tomber.  Depuis cette révélation du scandale, l'action a perdu plus de 90% de sa valeur.

Vingt ans après sa création, Wirecard, concurrente de sociétés comme Ingenico ou PayPal, emploie quelque 5.800 salariés dans 26 pays. Elle gère des paiements électroniques pour les consommateurs et pour les entreprises. 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés