166 emplois perdus chez Nokia en Flandre

©EPA

Les sites concernés sont ceux de Anvers, Herentals, Malines.

Le géant finlandais de l'équipement en télécoms Nokia, qui a pris le contrôle du groupe franco-américain Alcatel-Lucent, veut supprimer 166 emplois sur ses sites à Anvers, Herentals et Malines, a-t-on appris de sources syndicales.

Selon le front commun syndical, l'annonce a été faite mercredi au cours d'un conseil d'entreprise extraordinaire. Au niveau mondial, Nokia va supprimer entre 10.000 et 15.000 emplois sur un total de 104.000, selon l'agence Bloomberg.

"A Herentals et Malines, anciennement Siemens, 40 emplois sur 101 seront supprimés. Les autres postes seront délocalisés vers Anvers", explique Guy Vertommen du syndicat BBTK (Setca).

"A Anvers, 126 emplois sur 1.326 seront supprimés sur trois ans: 41 l'an prochain, 66 en 2018 et 19 en 2019".

Les syndicats veulent rapidement rencontrer la direction afin de tenter de réduire le nombre de licenciements.

Entre 10.000 et 15.000 emplois seraient supprimés par Nokia. En Finlande, 1.300 emplois sur 6.800 sont menacés. En Allemagne, 1.500 emplois sur 4.800 sont visés par cette restructuration.  Nokia veut économiser 900 millions d'euros d'ici 2018 dans le cadre du plan de transformation mis en œuvre dans la foulée de la reprise d'Alcatel-Lucent.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés