Et si le consommateur européen jouait le jeu de Trump contre Huawei?

©REUTERS

Il y a quelques semaines, Donald Trump signait un décret limitant l'accès au marché américain du groupe chinois Huawei. En Europe, les ventes de smartphones de la marque chutent.

L'administration Trump a peut-être trouvé dans sa campagne contre Huawei son arme la plus puissante: le consommateur européen.

Des mois durant, les entreprises de lobbying américaines ont apporté leur pierre à l'édifice pour bloquer le réseau 5G de Huawei. Il y a trois semaines, le Président Trump réduisait l'accès du Chinois au marché américain. Dans la foulée, de grands acteurs tels que Google lui fermaient la porte. Cette perte d'accès au système Android de Google a suscité les craintes des consommateurs et Huawei semble dès lors perdre du terrain sur le marché européen des smartphones.

Les consommateurs du Vieux Continent craignent de voir leur smartphone devenir rapidement obsolète, car incapable de se mettre à jour. "La demande des appareils a chuté", explique Ben Stanton, analyste chez Canalys, citant des opérateurs, des détaillants et des distributeurs. "C'est désormais enraciné. Les consommateurs craignent une perte de fonctionnalité, de sécurité, que l'appareil ne supporte plus les mises à jour et qu'il perte de la valeur."

Samsung, le gagnant

Rien qu'en France, les ventes ont chuté d'un cinquième la semaine après le "blacklistage" par la Maison-Blanche. Au Royaume-Uni, les consommateurs qui veulent avoir les générations futures de smartphone tournent le dos à Huawei.

Les consommateurs craignent une perte de fonctionnalité, de sécurité, que l'appareil ne supporte plus les mises à jour et qu'il perte de la valeur.
Ben Stanton
analyste chez Canalys

En Europe, où le consommateur est prêt à payer davantage pour un modèle, la croissance a été très rapide pour Huawei. En à peine quatre ans, le marché européen a représenté un cinquième des ventes du producteur de Shenzhen, selon les données du bureau Canalys. La moitié des smartphones vendus par la marque le sont en Chine. Cependant, cette frilosité par rapport Huawei a rapporté à Samsung Electronics qui est devenu cette année le premier fabricant de smartphones.

Incertitudes

Pour l'heure, personne ne peut garantir aux consommateurs qu'ils auront encore accès aux applications et leurs mises à jour après le 19 août, soit à l'expiration du délai de 90 jours donné par le Président. Huawei affirme, certes, travailler à un plan B: développer son propre système d'exploitation. Néanmoins, il pourrait avoir du mal à contenir la croissance de son principal rival: Samsung.

"Cette interdiction crée un énorme vide sur le marché qui sera probablement comblé par Samsung et par d'autres marques chinoises telles que Xiaomi, OnePlus et Oppo", conclut Gleeson, analyste d'Ovum.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect