Huawei plie mais ne rompt pas

Huawei est accusé par Washington d’espionnage, de violation de l’embargo sur l’Iran et de vol de technologie. ©REUTERS

Malgré la signature, mercredi, d'un accord commercial entre les États-Unis et la Chine, Huawei continuera à subir l'ire de Washington et sa politique de sape à son égard. L'opérateur chinois a cependant bien résisté jusqu'à présent.

Malgré l’accord qui sera signé mercredi à Washington, Huawei reste sur la liste noire du commerce américain. La firme au lotus rouge est au cœur de la tourmente depuis l’arrestation au Canada, en décembre 2018, de Meng Wanzhou, sa directrice financière et fille du fondateur. Accusé d’espionnage, de violation de l’embargo sur l’Iran et de vol de technologie, le géant chinois chinois s’est replié sur son marché national où il reste numéro un.

240 millions
de smartphones
Les ventes de smartphones sont devenues le plus gros contributeur des revenus de Huawei avec 240 millions d’appareils vendus en 2019.

Dans ce contexte, Huawei a fait preuve de résilience. En 2019, son chiffre d’affaire a augmenté de 18% pour atteindre 121 milliards de dollars – autant qu’Alphabet, la maison mère de de Google – mais il n’a pas atteint l'objectif de 125 milliards fixé avant le début de ses ennuis.

Malgré les pressions de Washington sur ses alliés pour les détourner des produits Huawei, le géant chinois a obtenu plus de 60 contrats dans le monde en 2019, dont près de la moitié en Europe. Le suédois Ericsson, le principal rival de Huawei, a signé, lui, 78 contrats et accords commerciaux avec des opérateurs pour la 5G l’an passé.

Cela étant, de nombreux pays ont déjà interdit Huawei de déployer sa technologie 5G sur leur territoire, notamment le Japon, la Corée du Sud et évidemment les États-Unis, mais la Grande Bretagne pourrait lui donner son feu vert à la fin du mois.

Toujours devant Apple pour les smartphones

©AFP

Quoiqu'il en soit, les ventes de smartphones sont devenues le plus gros contributeur des revenus de la société avec 240 millions d’appareils vendus en 2019, en hausse de 16,5% par rapport à l'année précédente. La société reste devant Apple, mais elle a raté son objectif de dépasser Samsung en tant que numéro un mondial. Les restrictions américaines sur l'utilisation d’Android par la société chinoise ont fortement impacté ses ventes à l’étranger l’obligeant à lancer son propre système d'exploitation Harmony.

"2020 sera une année difficile pour nous", a déclaré Eric Xu, le président tournant du groupe, dans une lettre adressée à ses employés fin décembre. "Nous ne grandirons pas aussi rapidement qu'au premier semestre 2019", a-t-il ajouté.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n