La filiale belge de Numericable est à vendre

©BELGA/BELPRESS

Le câblo-opérateur français Numericable a mis ses filiales belge et luxembourgeoise à l’étalage. La banque d’affaires Rothschild est mandatée pour l’opération, avons-nous appris.

Les repreneurs "naturels" pour les filiales belges et luxembourgeoises de Numericable semblent être Voo et Telenet. Tous deux pourraient, avec Numericable, renforcer géographiquement leur réseau. Voo est déjà présent en Wallonie et à Bruxelles, tandis que Telenet l’est en Flandre et à Bruxelles. Il n’est pas non plus exclu que des joueurs financiers s’intéressent au dossier, mais contrairement aux acteurs industriels, ils n’auront aucune marge pour dégager des synergies.

Selon nos informations, le processus de vente n’en est qu’à ses débuts. Numericable détient en Belgique une part de marché de quelque 5%. L’ex-Coditel n’est actif qu’à Bruxelles et compte, selon les sources, entre 120.000 et 150.000 abonnés. Le chiffre d’affaires annuel tourne autour des 60 à 70 millions d’euros. Et l’entreprise serait très rentable. Selon un connaisseur du secteur, l’Ebidta atteindrait plus de 60% du chiffre d’affaires. "Les activités bruxelloises et le réseau en fibres optiques de Paris sont les plus beaux morceaux du groupe", entend-on. Numericable est toutefois régulièrement montré du doigt pour la faiblesse de son service à la clientèle.

Le montant que pourrait rapporter cette vente n’est pas connu. En 2003, Coditel, filiale de Suez, a été vendue au groupe Altice One pour 70 millions d’euros. Mais fin de l’an dernier, les régulateurs du secteur ont imposé provisoirement aux câblo-opérateurs d’ouvrir leur réseau aux concurrents; ce qui devrait peser sur le prix.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés