La société VOO est née, chargée de l'activité télé

©Belga

Une étape importante vient d’être franchie dans la préparation du futur des activités du câblo-opérateur liégeois: Nethys a relogé ses actifs "télé" dans une société distincte, désormais baptisée VOO SA.

On s’active ferme ces jours-ci dans les bureaux de Nethys. La société pilotée par Stéphane Moreau a organisé le transfert d’une partie des activités de VOO dans Newco 2, une société anonyme qu’elle a créée voici un peu plus d’un an parallèlement à la création de Newco 1 afin de séparer ses activités concurrentielles dans les médias, la finance et l’énergie renouvelable (L’Avenir, Intégrale, Elicio), d’une part, et celles dans le câble et les télécoms d’autre part. L’opération concerne tous les actifs, passifs, droits, engagements et obligations que Nethys exerce dans la télédistribution, qui passent de son portefeuille à celui de Newco 2.

Dans la foulée, cette dernière est rebaptisée VOO SA (société anonyme). La manœuvre a été approuvée par les actionnaires de Newco 2 réunis en assemblée générale extraordinaire. Last but not least, le transfert a nécessité qu’on évalue la valeur des activités ainsi transférées: celles-ci ont été estimées à 623 millions d’euros. En d’autres termes, Nethys a donné naissance à la société VOO, alors que jusqu’ici l’ensemble d’actifs qui la concerne n’avait pas d’existence légale autonome. Cette opération soulève une série de questions…

Le transfert concerne-t-il toutes les activités de VOO?

Non, il vise uniquement les activités liées à la télédistribution. Cela inclut la part de Nethys dans ACM, la structure gérant l’interconnexion entre les réseaux de Brutélé et de Nethys, dans la télévision payante BeTV et dans le call center WBCC, mais pas l’activité mobile ni la fourniture de services internet.

L’opération est-elle le prélude à un accord avec Brutélé?

623 millions €
Les actifs de télédistribution que Nethys a relogés dans Voo SA ont été valorisés à 623 millions d’euros: un montant vraisemblablement sensiblement inférieur à sa valeur de marché.

Oui et non. L’objectif reste pour Nethys et sa maison mère Enodia (ex-Publifin) de racheter les activités de Brutélé (réseau à Bruxelles, Charleroi et dans 23 autres communes wallonnes), mais ces négociations sont toujours en cours. Celles-ci se déroulent, pour rappel, entre les actionnaires de Brutélé et Enodia, et non pas Nethys. Pour des raisons régulatoires: entre deux intercommunales, pas besoin de passer par la case "mise en concurrence". À bonne source, on nous dit que les deux parties espèrent aboutir d’ici la fin du mois d’août.

Que peut-on conclure de la valorisation de VOO retenue dans ce cadre?

Les 623 millions d’euros représentent une estimation comptable de la valeur de l’activité de télédistribution appartenant à Nethys. Il est vraisemblable que leur valeur de marché serait sensiblement supérieure. Le montant n’inclut donc pas le mobile et l’internet. Récemment, les dirigeants de Telenet avaient évalué à la grosse louche VOO à un gros milliard d’euros, et l’ensemble VOO-Brutélé à 1,3 à 1,5 milliard.

Quelle est la finalité de la création de VOO SA?

Le but ultime reste sans doute la vente de VOO à un tiers dans le secteur privé, qui pourrait être Telenet, Orange, un autre opérateur ou un fonds d’investissement. C’est en tout cas le projet qu’on prête à Nethys. Dans ce contexte, il était évidemment essentiel de sortir les actifs représentant l’ensemble "VOO" du giron de Nethys pour permettre au candidat-acheteur de circonscrire sa cible. Cette étape est aujourd’hui bouclée. L’étape suivante concernera probablement Brutélé: compte tenu que les deux réseaux sont fortement liés, il apparaît indispensable que la nouvelle société VOO intègre les actifs du partenaire carolo-bruxellois. Quand cette étape aura été franchie, plus rien ne s’opposera, en théorie, à la mise en vente de l’opérateur, c’est-à-dire à sa privatisation. À noter que le "deal" qui sera conclu auparavant avec les communes actionnaires de Brutélé pourrait inclure une sorte de bonus pour celles-ci lors de la revente.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect