Le coronavirus fait tousser le Congrès mondial des télécoms

Plus de 100.000 personnes sont attendues à la grand-messe mondiale des télécoms qui se tient à Barcelone fin février. Coronavirus oblige, les désistements se multiplient.

Malgré la multitude de mesures prises par l'organisateur, la GSMA, les exposants de la grand-messe des télécoms se désistent les uns après les autres. En cause: le coronavirus.

On l'appelle la grand-messe des télécoms. En moins d'une semaine, le Mobile World Congress accueille plus de 100.000 visiteurs, dont 5 à 6.000 Chinois. Mais cette année, ce salon, qui est prévu à Barcelone du 24 au 27 février, sera quelque peu terni.

Les uns après les autres, les grands noms du secteur annulent leur participation: Sony, Amazon, Nvidia, LG, Ericsson, NTT Docomo. En cause, les craintes liées au coronavirus.

On ne se serre pas la main

Tous évoquent la sécurité et la santé de leurs collaborateurs pour expliquer leur désistement. Pourtant, des mesures ont été prises.

L'organisateur, la GSM Association qui représente près de 800 opérateurs et constructeurs de téléphonie mobile à travers le monde, a ainsi interdit toute personne venant de la province d'Hubei, épicentre de l'épidémie.

Un staff médical supplémentaire est prévu, notamment pour effectuer des tests de température aux visiteurs. La GSMA a promis que toutes les surfaces seraient régulièrement désinfectées alors que les poignées de mains sont, elles, purement et simplement bannies. Enfin, des quantités importantes de gel hydroalcoolique ont été commandées. 

La vidéoconférence a la cote

Le n°1 chinois des smartphones Huawei ainsi que l'équipementier ZTE maintiennent pour l'instant leur participation, avec des mesures de sécurité comme une quarantaine préalable de deux semaines pour leurs employés et dirigeants. Ils attendent l'événement dans leurs hôtels.

Hormis le géant coréen Samsung et le finlandais Nokia, les fabricants de smartphones représentés à Barcelone seront donc essentiellement chinois (Huawei, Oppo, Vivo et Xiaomi).

Quant aux absents - LG, Ericsson et Sony -, ils ont promis de partager leurs nouveautés par le biais d’une conférence diffusée en direct

Et si on annulait?

Face à ces désistements, une question se pose: faut-il maintenir le MWC 2020? Pour l'instant, la GSMA se veut rassurante pour les 2.800 participants, mais le restera-t-elle si l'érosion se poursuit? C'est en effet à elle que revient l'obligation d'évaluer le risque sanitaire et économique.

2.800
participants
Pour l'instant, la GSMA se veut rassurante pour les 2.800 participants. Il n'est pas question d'annulation.

On sait par ailleurs que le salon souffre d'un appauvrissement des annonces. Année après année, les groupes optent pour des événements individuels pour communiquer sur leurs nouveautés.  

Le salon des télécoms n'est pas le seul affecté par le coronavirus. L'horloger suisse Swatch Group a ainsi annulé son salon de mars à Zurich, tandis que le salon aéronautique de Singapour, qui démarre ce mardi, a enregistré plus de 70 désistements, dont le géant américain Lockheed Martin.

La sortie du nouvel iPhone affectée par le virus 

Les usines chinoises de smartphones tournent depuis le début de l'année au ralenti à cause de l'épidémie de coronavirus. On parle d'une cadence divisée par huit pour atteindre le plus bas niveau de production en 5 ans. Les marques Huawei et Apple n'échappent pas au phénomène. 

En raison de l'épidémie, de nombreuses usines sont restées fermées pendant plus de deux semaines autour du Nouvel An chinois, là où une semaine était prévue. Certains sites ont rouvert cette semaine en fonction des villes où ils sont situés ou des autorisations accordées.

Le mastodonte taïwanais de l'électronique Foxconn, un sous-traitant crucial du groupe américain, n'a ainsi pas reçu la permission de rouvrir son usine de Shenzhen.

Ces atermoiements ne sont pas sans conséquence sur la politique commerciale d'Apple. Le géant à la pomme souhaitait sortir son nouvel iPhone 9  ou SE2 en mars plutôt qu'en septembre. Tim Cooks affirme désormais chercher des alternatives pour compenser le ralentissement de la production.  Le directeur financier Luca Maestri parle lui d'un manque de visibilité sur les prochains mois d'activité. 

L'entreprise table désormais sur un chiffre d'affaires entre 63 et 67 milliards de dollars, soit une fourchette plus large que d'habitude en raison de l'incertitude liée à la situation de santé publique en Chine.

Apple a par ailleurs déjà annoncé la fermeture de ses 42 boutiques en Chine.

 

 

 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect