Les tarifs télécoms belges pas encore exemplaires

©ANP XTRA

Selon une étude réalisée par l’IBPT dans six pays européens, les tarifs télécoms dans notre pays sont encore loin d’être exemplaires. Globalement, les prix se situent toutefois dans le milieu du classement.

C’est bien connu, la Belgique n’est pas vraiment réputée pour ses prix bas dans le monde des télécoms. La tendance semble une nouvelle fois se confirmer même si le consommateur belge n’est pas le plus à plaindre. L’IBPT, le régulateur du secteur a publié ce lundi, une nouvelle étude comparative des prix pour les services résidentiels et de téléphonie mobile. Pour cette recherche, le régulateur s’est appuyé sur 359 plans tarifaires proposés par les opérateurs belges ainsi que ceux des cinq pays les plus proches de la Belgique (France, Luxembourg, Allemagne, Pays-Bas et Royaume-Uni).

38,6 €
Sur les six pays étudiés, la Belgique propose le deuxième tarif moyen le plus cher pour les gros consommateurs mobiles. (10 GB).

Il apparaît que la Belgique se situe dans la plupart des contextes étudiés systématiquement dans le milieu du classement. "Mais la différence avec les pays voisins moins chers est importante", précise l’IBPT. La Belgique se distingue particulièrement négativement en ce qui concerne les abonnements mobiles destinés aux gros consommateurs. Les tarifs belges sont les deuxièmes plus chers des six pays étudiés. Pour un abonnement proposant 10 GB de surf, comptez ainsi en moyenne 38,6 euros contre 20,83 euros au Royaume-Uni, qui propose les tarifs les plus intéressants pour ce profil.

"Le niveau des prix des pays traditionnellement les plus chers pour ce profil (l’Allemagne et la Belgique) diminue par rapport aux résultats de l’étude d’impact de l’année dernière", souligne néanmoins l’IBPT. Du côté des bons points, la Belgique propose les tarifs "internet seul" les plus attractifs sur le marché spécifique étudié. "Toutefois, les abonnements Internet séparés en Belgique s’accompagnent de limitations de volume, ce qui est plutôt exceptionnel dans l’UE", glisse encore le régulateur. Seuls trois pays sur les six offres proposent d’ailleurs des offres comparables.

Le régulateur ponctue son exercice de comparaison en rappelant la limitation géographique de son étude. "Outre l’IBPT, d’autres autorités procèdent également régulièrement à des comparaisons de prix", précise l’institut. "Une étude récemment publiée par la Commission européenne a montré qu’en termes de triple play, la Belgique se positionne comme étant chère à très chère dans un classement reprenant tous les pays européens."

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n