Malgré le confinement, Telenet démarre solidement l'année

Le nombre d’abonnés mobiles chez Telenet est en hausse de 4%. ©Peter Hilz

L’opérateur flamand enregistre un bon début d’année avec un chiffre d’affaires et un Ebitda en hausse. La crise sanitaire devrait toutefois se ressentir au deuxième trimestre.

Proximus n’est pas le seul opérateur à faire le point, ce jeudi, sur ses premiers résultats de l’année. Son principal concurrent au nord du pays, Telenet, a également publié ce matin son bilan trimestriel. Malgré le confinement, le groupe de John Porter enregistre un bon début d’année. L’entreprise a notamment enregistré 8.100 abonnés haut débit supplémentaires au cours des derniers mois, faisant de ce trimestre le deuxième le plus performant depuis quatre ans sur ce point.

L’entreprise enregistre aussi une hausse du nombre d’abonnés mobiles de 4%, faisant grimper le nombre de clients à 2,814 millions. Le nombre d’abonnés internet atteint les 1,672 millions de clients (+1%). Les abonnés à la télévision sont en revanche moins nombreux avec une baisse de 3% portant le nombre de clients à 1,852 million.

653 millions
euros
Les revenus de Telenet pour ce premier trimestre s'affichent à 653 millions d’euros, soit une croissance de 4%.

Baisse des revenus et de l’Ebitda attendue

Au niveau financier, les chiffres sont  également à la hausse. Les revenus pour ce premier trimestre étaient de 653 millions d’euros, soit une croissance de 4%. L’Ebitda ajusté est, lui, en hausse de 8% et affiche désormais 345,6 millions d’euros. Sur base de ces résultats, le groupe annonce être "bien positionné pour l'avenir et pour naviguer à travers les impacts Covid-19".

"Dans les circonstances exceptionnelles que nous connaissons actuellement, je suis très satisfait des solides performances opérationnelles sous-jacentes enregistrées au 1er trimestre."
John Porter
CEO de Telenet

Telenet réaffirme ses prévisions pour la période 2018-2021, "en ajustant modestement les prévisions pour l'exercice 2020 en raison des impacts liés au Covid". Pour cette année, le groupe prévoit une baisse de ses revenus d’environ 2% ainsi qu’une diminution de son Ebitda d’environ 1%.

"Dans les circonstances exceptionnelles que nous connaissons actuellement, je suis très satisfait des solides performances opérationnelles sous-jacentes enregistrées au 1er trimestre, confirmant ainsi l’amélioration de la dynamique depuis le second semestre de l’an dernier", explique John Porter, le CEO de Telenet.

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:

Tout comme chez Proximus, l’opérateur flamand s’attend toutefois a davantage ressentir les effets de la crise sanitaire dans les prochains mois. "L'impact de la pandémie mondiale de Covid-19 sur nos états financiers, qui est resté relativement limité au 1er trimestre 2020, devrait être un peu plus marqué au 2e trimestre 2020 et le reste de l'année", explique Erik Van den Enden, le CFO de Telenet. "Surtout si l'on considère l'exposition de notre filiale De Vijver Media aux marchés plus cycliques des médias et de la publicité ".

Pas encore satisfait par les tarifs de gros

Outre, le point sur les résultats, John Porter est également revenu sur la décision du régulateur de revoir sa copie sur la façon de calculer les tarifs de gros. Par rapport, à la première version du texte, les changements apportés sont en faveur de Telenet, ce qui est d’ailleurs largement contesté par l’opérateur Orange. Chez Telenet, on considère toutefois que ce n’est pas encore assez.

"Le projet de décision amendé de la CRC constitue une amélioration par rapport au précédent projet de décision", précise John Porter. "Il subsiste néanmoins un traitement inégal entre les régions flamande et wallonne, qui selon nous, n’est pas justifié et devrait être rectifié. D'autre part, les tarifs de gros pour l'accès aux réseaux câblés ne reflètent toujours pas, semble-t-il, les coûts réels et représenteraient toujours un recul significatif par rapport aux tarifs actuels", explique encore le patron.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés