Nethys tient la corde pour prendre le contrôle de Brutélé

©BELGA

Le conseil d'administration de Nethys a décidé à l’unanimité d’une offre sur l’intercommunale Brutélé.

Rebondissement de taille du côté de Brutélé, le câblo-distributeur public. Alors que nous évoquions mercredi une offre de Telenet sur l’intercommunale, faisant elle-même suite à une marque d’intérêt déposée fin mars par Orange Belgique, un nouvel acteur est venu se joindre à la partie… et couper l’herbe sous le pied à tout ce petit monde.

Le groupe liégeois Nethys a en effet décidé d’enclencher une prise de contrôle de Brutélé en avalisant mardi "à l’unanimité" en conseil d’administration une offre de rapprochement avec le câblo-distributeur, a-t-on appris. Un développement qui n’a "rien à voir avec l’offre de Telenet", nous assure Stéphane Moreau, le CEO de Nethys. Non, l’idée est tout simplement de "poursuivre une expansion dans les télécoms" pour la structure qui cogère avec Brutélé la marque VOO.

Réponse aux prédateurs

Quid désormais? La contre-attaque est en marche face aux "prédateurs". Elle devrait désormais amener à une demande de rencontre rapide entre les deux entités. Plus précisément, le dossier pourrait se débloquer "dans les tout prochains jours", nous souffle-t-on, histoire de ne "pas laisser filer les vacances".

Et pour l’offre chiffrée de Telenet alors? Ne doit-elle pas être étudiée? Après tout, ce type d’opération autour d’une intercommunale se doit de répondre à des règles de publicité, de mise en concurrence et de transparence, met en garde un fin connaisseur du dossier.

"Brutélé et Nethys sont hyperimbriqués au niveau juridique, économique ou financier."
Stéphane Moreau
CEO de Nethys

"Nous ne sommes pas un acteur externe", se défend Stéphane Moreau. "Brutélé et Nethys sont hyperimbriqués au niveau juridique, économique ou financier", élément qui pourrait jouer en faveur du groupe liégeois. D’ailleurs, lors de la signature d’un accord de collaboration entre les deux acteurs en 2006, un droit de préemption avait été introduit dans le dossier, ce que l’on confirme à diverses sources.

Reste à voir comment se positionnera l’autorité de tutelle.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Partner content