Telenet prévoit une année 2019 en recul

John Porter, CEO de Telenet, en train de vendre des gaufres... et des forfaits à prix cassés, dans le cadre d'une vaste campagne de séduction à Bruxelles, suite à la nécessaire migration des clients SFR Belux que l'opérateur a racheté l'an passé. ©doc

L'opérateur fait moins bien qu'attendu sur 2018, notamment suite à une hausse des désabonnements dans la zone de couverture SFR Belux acquise l'an dernier. Pour 2019, il prévoit une baisse de son chiffre d'affaires et de son Ebitda. Une première depuis son IPO.

Après Orange  mercredi, c'est au tour de Telenet  de présenter ses résultats du dernier trimestre et annuels ce jeudi. Le pessimisme est de rigueur. En substance, le chiffre d'affaires a légèrement baissé (-1%) sur base remaniée en 2018 pour atteindre un peu plus de 2,5 milliards d'euros, soit moins qu'attendu par les analystes. En cause, des "effets défavorables persistants d’ordre réglementaire et concurrentiel", mais aussi une baisse des ventes de combinés téléphoniques (-17 millions d'euros) et une baisse des revenus liés à l’utilisation compte tenu du succès de nos packs forfaitaires.

"Comme prévu, les résultats commerciaux au 4e trimestre 2018 ont encore été impactés par une hausse du taux de désabonnement dans la zone de couverture SFR acquise par Telenet" (principalement ressentie sur le dernier semestre), écrit l'opérateur. Avant de préciser: "Ceci en raison de notre stratégie de migration accélérée des clients, qui fausse la tendance sous-jacente." D'ailleurs, "nous nous attendons à voir cette tendance s'améliorer au cours du 1er trimestre", précise John Porter, le CEO. Il explique que "les ventes reprennent sensiblement sous l’effet des promotions temporaires lancées".

Les revenus ont atteint 642,3 millions d'euros sur le dernier trimestre. Un chiffre "globalement stable par rapport au 4e trimestre 2017 sur une base rapportée en dépit de la contribution pour un trimestre entier de Nextel, qui a contribué pour 13,5 millions d'euros à notre chiffre d'affaires consolidé au cours du trimestre".

Dans le détail, si le fixe est stable, voire légèrement en hausse, côté produits, le mobile a lui reculé de 10% en glissement annuel (pour des questions de ventes d'appareils en baisse), à 459,7 millions d'euros, et ce malgré une légère progression de la base d'abonnés mobiles au 4e trimestre 2018 (gain net de 8.500 abonnés).

Du reste, l'excédent brut d'exploitation (Ebitda) ajusté sur base remaniée a augmenté de 8%, à 1,32 milliard d'euros, sur 2018, principalement suite à une "baisse substantielle des coûts liés au MVNO" (et d'une maîtrise des coûts de manière générale). En effet, suite au rachat de Base, l'opérateur a désormais pu rapatrier ses clients mobiles vers son propre réseau, là où ils étaient hébergés pour l'heure sur celui d'Orange Belgium.

Le bénéfice net s'élève lui à 252,2 millions €, en hausse de 126% en un an.

2019 marquée par la décroissance

Pour l'année en cours, Telenet prévoit une baisse de ses produits sur base remaniée d'environ 2,5% et une baisse de l'Ebitda ajusté d'entre 1 et 2%. Une première depuis son entrée en Bourse. "Nous savions que 2019 allait être difficile", a évoqué John Porter.

Pour l'année à venir, devrait notamment jouer la perte du contrat MVNO avec Medialaan (Mobile Vikings/Jim Mobile), pour lequel 365.000 clients passeront désormais, dès le printemps, sur le réseau d'Orange pour lequel les prévisions, publiées hier, sont légèrement plus joyeuses.

D'ailleurs, ce dernier aspire aussi des clients Telenet du côté des packs triple-play au nord du pays, soit sur les terres historiques de Telenet.

Pour les trois ans à venir par contre, les perspectives devraient se révéler plus positive puisque l'opérateur prévoir un chiffre d'affaires stable, un ebitda ajusté en hausse, ainsi que des dépenses d'investissement (Capex) réduites.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect