Telenet remet à plat toute sa structure

©Tim Dirven

L’opérateur télécom Telenet revoit entièrement son organisation. Au programme: fusion d’une série de hautes fonctions et flexibilité accrue pour 40% de son personnel.

Pendant que Proximus fait toujours la "une" de l’actualité avec une restructuration affectant 1.300 emplois, Telenet s’emploie en toute discrétion, depuis l’été dernier, à redessiner complètement son organisation, comme l’a appris notre rédaction. L’entreprise confirme ce projet, mais souligne qu’elle ne supprimera aucun emploi.

"Dans les prestations de services numériques, les exigences des clients changent rapidement."
Ann Caluwaerts
Chief corporate affairs

Au printemps prochain, pas moins de 40% du personnel de Telenet commencera à travailler au sein d’équipes autonomes. Cette réorganisation, inspirée du fonctionnement "agile" adopté par ING Belgique, s’impose selon Telenet pour s’adapter à l’évolution de ses activités: une offre accrue de services numériques, à côté des opérations traditionnelles de connexion Internet, TV et téléphone.

"Dans les prestations de services numériques, les exigences des clients changent rapidement, explique Ann Caluwaerts, chief corporate affairs, les équipes autonomes multifonctionnelles pourront donc y réagir vite en fixant elles-mêmes leurs priorités." Mais rien ne change, dit-elle, pour le personnel affecté au département dédié au réseau traditionnel.

Une révolution

Pour Telenet, dont la structure en départements remonte à l’époque des intercommunales, c’est une véritable révolution. Il ne resterait plus qu’à en finaliser certains détails d’ici la fin de l’année. Mais la nouvelle organisation ne deviendra opérationnelle qu’au printemps prochain lorsque tout le monde aura trouvé sa place dans le nouvel organigramme.

48
Le nombre de managers placés juste au-dessous du comité de direction passe de 64 à 48.

Telenet a déjà revu complètement son senior management. Le comité de direction doit lui aussi se montrer plus flexible et opérer comme une équipe pour pouvoir répondre plus rapidement aux nouvelles tendances.

Résultat de ce régime "agile": le chef du personnel Claudia Poels et le chef du département juridique Luc Machtelinckx quittent le comité de direction et passent le flambeau à Ann Caluwaerts. Les managers placés juste au-dessous de ce comité n’échappent pas non plus au couperet: leur nombre passe de 64 à 48.

Cette restructuration suscite, on s’en doute, une certaine nervosité au sein du personnel. Au niveau du middle management, Telenet tente de le rassurer en soulignant que les managers ne devront postuler à nouveau que s’ils convoitent une nouvelle fonction, issue de la fusion d’anciennes.

Craintes des syndicats

De manière générale, les syndicats craignent que cet exercice ne conduise à réduire les effectifs, en mettant hors-jeu les travailleurs âgés: "Après avoir opéré pendant vingt ou trente ans dans les structures actuelles, ils devront faire preuve d’une grande flexibilité pour s’intégrer dans la nouvelle organisation."

Là aussi, Ann Caluwaerts tente de calmer les esprits. "Nous ne tablons pas sur le fait que des gens quitteront l’entreprise. Nous investissons au contraire pour les engager sur cette nouvelle voie et bien leur expliquer les nouvelles fonctions. Cette réorganisation est menée également à la demande des travailleurs. Pour eux, nous rendons l’organisation plus plate afin de pouvoir satisfaire plus rapidement les besoins du marché."

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect