"Un quatrième opérateur mobile me met mal à l'aise"

©BELGAIMAGE

Dans une conférence au cercle de Wallonie, Stéphane Richard, PDG d'Orange Group, n'a pas manqué d'épingler la porte ouverte à l'arrivée d'un nouvel entrant dans le mobile en Belgique. Le grand patron appelle à un véritable débat, impliquant, pourquoi pas, économistes et citoyens.

"Si j'ai juste un message à faire passer, c'est que cette décision de faire entrer un quatrième opérateur de téléphonie mobile en Belgique relève d'une considération politique de court-terme". C'est en ces mots que Stéphane Richard, PDG d'Orange Group (maison-mère d'Orange Belgique), a clôturé une rare prise de parole dans le pays, lors d'un événement qui se tenait au cercle de Wallonie.

Pour le grand patron, "on n'en a pas mesuré toutes les conséquences". C'est pourquoi l'homme "invite tout le monde à bien réfléchir, en impliquant même, pourquoi pas, des économistes ou des citoyens aux discussions, car cette affaire d'un nouvel entrant n'a rien d'anecdotique". Surtout pour un opérateur qui a investi environ 4 milliards d'euros sur le territoire depuis son arrivée il y a 30 ans.

Une réalité propre au secteur des télécoms, "économie assez particulière de par une nécessité d'investissements permanents" qui a d'ailleurs amené à un "regroupement des forces en Europe et ailleurs", poursuit-il.

Enfin, il ne faudrait pas oublier "que le problème de prix se situe au niveau du fixe (internet et télé, NDLR), pas vraiment dans le mobile".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content