Publicité

Credit Suisse voit Iliad s'éloigner du marché des télécoms belges

©Belgaimage

Les valeurs télécoms belges ont profité des bons résultats de l’opérateur suédois Tele 2. Mais elles ont surtout été portées, en particulier Proximus, par les estimations des analystes sur la probabilité d’un quatrième opérateur sur le marché belge. Credit Suisse a réduit ses probabilités de l’entrée d’Iliad sur le marché belge. JPMorgan voit aussi ce risque s’éloigner.

Le secteur télécoms européen a signé une des plus fortes progressions du Stoxx 600 ce jeudi. Il a profité des bons résultats de Tele 2  , un opérateur suédois, qui a relevé ses perspectives de bénéfices après avoir publié des chiffres au troisième trimestre plus élevés que les attentes des analystes. Le titre a progressé de 4,56% et se classe en haut du podium des performances du secteur. Sunrise Communications   tire également la tendance grâce à une série de relèvements d’objectifs de cours par les analystes de JPMorgan, Vontobel et Credit Suisse. L’action a pris 1,15%. En outre, Vontobel souligne une probabilité de 50% d’une offre de Liberty Global/UPC   sur l’opérateur de télécoms suisse.

"Si les enchères en France pour les 3,6 Ghz se déroulent comme en Italie, la Belgique va devenir impayable pour Iliad."
Crédit Suisse

Credit Suisse a également provoqué une hausse des valeurs de télécommunications belges Proximus  , Orange Belgium  et Telenet  . Les analystes de la banque ont souligné dans une note que  la probabilité d’entrée d’un quatrième opérateur sur le marché diminue. "La probabilité qu’Iliad entre sur le marché belge diminue. La société a misé 1,2 milliard d’euros pour les enchères de 5G en Italie, et il lui reste moins de bilan disponible pour financer d’autres projets, écrivent les analystes de Credit Suisse dans une note. Si les enchères en France pour les 3,6 Ghz se déroulent comme en Italie, la Belgique va devenir impayable pour Iliad. Malheureusement pour Iliad, les enchères belges sont programmées en octobre 2019, quelques mois avant la France, et diminuent la probabilité de son entrée sur le marché belge à 50/50." Ils ont calculé que la dette nette sur ebitda d’Iliad pourrait augmenter de 0,4 fois si le groupe décidait de s’implanter en Belgique. En conséquence, les analystes ont relevé leur recommandation sur Proximus à "neutre" contre "sous-performer" et leur objectif de cours à 24 euros contre 19,5 euros précédemment. Le titre a pris 0,94%.

Credit Suisse a également relevé sa recommandation sur Orange Belgium à "surperformer" contre "sous -performer" et son objectif de cours à 18 euros contre 12 euros précédemment, pour les mêmes raisons que pour Proximus. Les analystes ont également relevé leur objectif de cours à 52 euros sur Telenet, contre 50 euros précédemment. Mais Telenet a perdu 0,88%. Orange Belgium a pris 3,56% en revanche.

JPMorgan avait estimé la semaine dernière qu’un quatrième opérateur télécoms en Belgique s’éloigne. "Le risque qu’aucun nouvel entrant n’émerge en Belgique a augmenté et si tel est le cas, Proximus, Orange Belgium et Telenet devraient voir leur cours s’ajuster", écrivent les analystes dans une note. Ils ont relevé leur recommandation sur Proximus à "surpondérer", mais maintenu à "neutre" leur note sur Telenet et Orange Belgium. "Proximus ne tire que 7% de ses revenus des services de téléphonie mobile et si ceux-ci doivent baisser, le risque de l’arrivée d’un nouveau concurrent apparaît comme gérable pour l’opérateur", ajoutent les analystes de JPMorgan.

Chez KBC Securities, l’analyste Ruben Devos met aussi en doute l’arrivée d’un quatrième opérateur sur le marché des télécoms belges. Il souligne que "la valorisation actuelle d’Orange Belgium reflète un scénario où la société perdrait 5% de parts de marché ou presque 20% de ses revenus sur ses services de téléphone mobile sur le moyen terme".

Le 24 octobre, Orange Belgium publiera ses résultats du troisième trimestre, deux jours avant Proximus et sept jours avant Telenet. Chez KBC Securities, Ruben Devos s’attend à ce que les résultats d’Orange Belgium s’avèrent meilleurs que prévu, après un premier semestre décevant.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés