La Belgique touchée à son tour par un incendie d'antenne GSM

Ce samedi, une antenne Telenet a pris feu à Pelt dans la province de Limbourg. ©BELGA

Ce week-end, un pylône appartenant à Telenet a pris feu. L’enquête est en cours mais l’incendie est probablement volontaire. Ce type d’incident se multiplie depuis des semaines aux Pays-Bas et au Royaume-Uni.

L’incident était redouté. Il a finalement eu lieu à Pelt, une petite commune située à quelques kilomètres seulement de la frontière hollandaise. Un mât télécom appartenant à Telenet et où se situe également une antenne Proximus a été incendié ce week-end. Si l’enquête est toujours en cours, l’incendie est plus que vraisemblablement d’origine criminelle. La clôture entourant le mât a été sectionnée et, selon la VRT, un accélérateur de feu aurait été retrouvé.

La commune dans laquelle l’incendie s’est produit fait partie de celles où Proximus a débuté le déploiement d’une "5G light" en début de mois (s’appuyant sur la bande de fréquences 3G). L’opérateur a néanmoins précisé que l’antenne en question n’était pas exploitée pour le déploiement de la "5G light".

Ce type d’incident se multiplie depuis quelques semaines en Europe. Des vidéos d’incendies criminels apparaissent sur les réseaux sociaux. Le Royaume-Uni compte déjà une cinquantaine d’incendies de mât dont l’un couvrant l’hôpital de Birmingham. Aux Pays-Bas, les autorités parlent d’incidents répétés sans donner de chiffres exacts.

La 5G et le Covid-19

Chez nous, les opposants à la nouvelle technologie sont également de plus en plus nombreux. En témoigne notamment l’adhésion toujours plus grande au groupe "Stop5G" sur Facebook, passé en seulement trois semaines de quelques centaines de soutiens à plus de 51.000 membres. Outre la mise en place de groupes, des internautes vont encore plus loin dans l’opposition. Depuis des semaines, les théories fumeuses ne reposant sur aucune étude scientifique fiable se propagent. Selon les complotistes, la 5G serait notamment la cause de la propagation du Covid-19.

"Je ne veux pas spéculer sur la raison de ce vandalisme."
Un porte-parole de Telenet

Face à l’incident belge, Proximus et Telenet préfèrent, pour le moment, ne pas trop s’étendre sur le sujet. "Nous ne fournirons aucune information sur l’enquête menée actuellement par la police", précise un porte-parole de Telenet. "Je ne veux donc pas spéculer sur la raison de ce vandalisme", ajoute le porte-parole. L’opérateur flamand annonce avoir déposé plainte auprès de la police et avoir informé l’IBPT, le régulateur du secteur.

Pour l’heure, aucun des deux opérateurs ne compte prendre de mesures supplémentaires. "Tous nos sites sont surveillés 24h/24 et 7j/7, soutenus par une équipe terrain qui peut également intervenir n’importe quand. Mais il serait très difficile de mettre quelqu'un sur chaque emplacement", ajoute encore le responsable presse de Telenet. Les travaux pour rendre le pylône à nouveau opérationnel sont en cours. Le site devrait être rétabli mardi soir.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés