La Belgique veut limiter l'accès à ses infrastructures 5G

Le géant technologique chinois Huawei semble visé par cette décision du Conseil national de sécurité. ©REUTERS

Alors que les opérateurs télécoms belges s’apprêtent à choisir leur partenaire pour installer les infrastructures 5G, le Conseil national de sécurité veut limiter l’accès aux infrastructures. Dans le viseur, le géant chinois Huawei et son concurrent ZTE.

Le Conseil national de sécurité a décidé de protéger la future infrastructure 5G. C’est le ministre des Télécoms Philippe De Backer (Open Vld) qui l’annonce ce mercredi. Le gouvernement envisage une série de restrictions visant à empêcher une utilisation "indésirable" de l'infrastructure et de" limiter l'accès à un certain nombre de ses parties". Une décision qui pourrait orienter le choix des opérateurs belges concernant l’entreprise qui installera l’infrastructure sur notre territoire. Parmi les principaux candidats, Huawei et ZTE semblent directement visés par cette décision.

Lire notre dossier | 5G, l'onde de choc

Les États-Unis ont récemment averti les pays européens des risques de s'associer au géant chinois des télécommunications Huawei pour l'expansion de la 5G. Les Américains soupçonnent l'entreprise d'espionnage pour le compte du gouvernement chinois. Plusieurs pays européens ont décidé de ne pas autoriser Huawei à installer la 5G.

Clap de fin pour Huawei et ZTE?

Cette décision signifie-t-elle une interdiction de choisir Huawei ou ZTE, tout deux Chinois, comme partenaires pour les opérateurs belges? Du côté du géant de Huawei, on se refuse pour l’instant à tout commentaire. "Sur base de ce que nous avons lu, nous apprécions que le gouvernement belge se concentre sur la protection du réseau. C’est ce que nous faisons aussi depuis plusieurs années en toute transparence. Nous sommes encore en train d’examiner les conséquences de cette décision", précise simplement le porte-parole d’Huawei en Belgique.

"Nous sommes encore en train d’examiner les conséquences de cette décision."
Huawei Belgique

La décision finale du choix du partenaire technologique pour l’installation de l’infrastructure 5G est imminente. Cette décision du gouvernement arrive donc à point nommé pour les opérateurs qui attendent cependant plus de précisions de la part des autorités. Tout le monde semble un peu pris de court par la communication du jour. "Nous n'avons pas encore reçu de communication officielle du Conseil de sécurité et ne sommes donc pas en mesure de faire des commentaires pour le moment. Dès que tous les éléments seront connus, nous les étudierons bien entendu de manière approfondie", commente-t-on chez Proximus.

Même son de cloche chez Telenet qui "prend note de la décision" et "demandera dès que possible aux autorités respectives de plus amples informations sur ce que cette décision signifie concrètement pour l'engagement de divers fournisseurs étrangers de matériel et de logiciels 5G." 

Les opérateurs et les candidats fournisseurs d’infrastructures 5G sont donc dans l’attente. Le gouvernement devrait préciser sa décision dans les prochains jours.

 

 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés