Publicité
Publicité

La carte Sim d'Apple, pas avant 2012

Steve Jobs, CEO d'Apple

Le projet de carte Sim du groupe informatique américain Apple serait repoussé à 2012. Le prochain lancement de cette carte téléphonique Sim a fait grand bruit et a irrité les opérateurs de téléphonie classiques car cette carte permettrait de vendre directement des abonnements aux clients, en contournant ainsi les opérateurs mobiles traditionnels.

Le fabricant américain de l'iPhone, Apple, a décidé de repousser au moins à 2012 le lancement d'une carte téléphonique Sim qui lui permettrait de vendre directement des abonnements, et donc de concurrencer les opérateurs mobiles, affirment vendredi Les Echos.

La marque à la pomme doit faire face à un front uni des opérateurs mobiles européens et américains, qui ont menacé de ne pas distribuer sa tablette numérique, l'iPad, et son téléphone multifonctions vedette, l'iPhone, si le géant de l'informatique concrétisait ses ambitions. Le groupe britannique Vodafone, le français France Télécom et l'espagnol Telefonica seraient parmi les mécontents, rapporte de son côté le Financial Times, citant des sources proches du dossier. "Apple risque la guerre avec les opérateurs", écrit le quotidien économique britannique.

Les ventes de l'iPhone, produit vedette d'Apple, pourraient baisser de 12% si les opérateurs mécontents refusaient de le distribuer, avance-t-il.

Le groupe californien travaillerait avec le spécialiste français de la carte à puce Gemalto, afin de sceller ce composant. Intégré dans le téléphone mobile, celui-ci permettrait de changer d'opérateurs sans changer de carte Sim. Concrètement, Gemalto aurait bâti une plate-forme permettant à Apple de gérer la puce de ses appareils, ce qui bouleverserait le secteur dans lequel chaque opérateur permet l'accès à son réseau téléphonique à travers sa propre carte Sim.

Cette plate-forme permet de voir le profil de l'utilisateur et de le relier à un numéro client, ce qui permettrait à Apple d'accéder au type de forfait choisi et aux relevés des communications de l'abonné. Apple pourrait ainsi devenir un opérateur virtuel pouvant opérer dans le monde entier.

"Apple a décidé de retarder la mise en oeuvre de son offensive sur la carte Sim au moins jusqu'en 2012", écrivent Les Echos, sans néanmoins citer leurs sources.

En travaillant sur cette carte à puce virtuelle avec Apple, Gemalto se serait mis à dos les opérateurs traditionnels, qui représentent 50% de son chiffre d'affaires, selon Les Echos. Gemalto serait d'ailleurs déjà "sous le menace d'arrêt de commandes des opérateurs européens".

"Je ne ferai pas de commentaire sur ces spéculations", déclare vendredi dans un entretien au quotidien le directeur général de Gemalto Olivier Piou.

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés