edito

La qualité plutôt que la quantité

Journaliste

Face aux tarifs trop élevés dans le monde des télécoms, un quatrième opérateur n'est pas forcément la bonne solution.

La Belgique détient un nouveau titre européen, dont on se serait toutefois bien passé. Selon Eurostat, notre pays est le plus cher lorsqu’il s’agit de communiquer. Avec des tarifs supérieurs de 76% à la moyenne européenne, nous méritons sans aucune contestation, le sacre. Au moment de chercher la solution pour perdre le titre, les cours de macroéconomies reviennent rapidement à l’esprit. Test-Achats et les différents ministres télécoms qui se sont succédés aiment d’ailleurs s'y référer. Les prix sont trop hauts ? Faisons jouer la concurrence et accueillons un nouvel acteur, pardi ! Ça semble simple et efficace. Ça l’est dans beaucoup de cas. Mais le marché des télécoms n’est peut-être pas le meilleur endroit pour passer de la théorie du syllabus à la pratique. Un petit coup d’œil sur ce qui se fait chez nos voisins amène vite à conclure que, niveau concurrence, la Belgique et ses trois opérateurs pour 11 millions de compatriotes a bien cerné le principe. Le pousser encore plus pourrait même être contre-productif. Les détenteurs du marché ont déjà annoncé la couleur. En cas de nouveau venu, l’enveloppe bien épaisse d’investissements s’allégerait à coups de millions. Et tant pis pour la qualité du réseau qui est pourtant l’un des meilleurs d’Europe. Rappelons-le tant qu’on y est, le secteur ne profite pas d’aide publique comme c’est le cas par exemple en France. Là où les Belges paient les investissements directement aux opérateurs, les Français les paient via leurs impôts.

Plus de concurrence, ça s’annonce compliqué. Une concurrence de meilleure qualité, cela serait en revanche vraiment une bonne idée.

Plus de concurrence, ça s’annonce donc compliqué. Une concurrence de meilleure qualité, cela serait en revanche vraiment une bonne idée. L’IBPT, le régulateur, planche sur la question depuis un moment. Mais quand il s’agit de mettre le point final à ses ambitions, la main institutionnelle tremble. Le régulateur a récemment eu l’occasion de donner un signal fort en baissant les tarifs de gros en faveur des opérateurs "locataires". L’opération aurait tiré les prix vers le bas. Au final, le nouveau calcul est décevant et ne permettra pas de titiller les mastodontes du marché. Dommage. Le régulateur peut sans doute faire mieux. Le consommateur aussi. Tout le monde connait la situation peu envieuse de notre marché. Rares sont ceux pourtant à aller vont voir si l’herbe n’est pas plus verte chez l’opérateur voisin. Dommage aussi. Avec un marché où chaque nouveau client est chipé à côté, jouer avec l’Orange, le mauve et le jaune permettrait d’embellir le tableau. 

Lire également

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés