La riposte syndicale à la restructuration de Proximus

Les syndicats de Proximus proposent une quarantaine de mesures pour dynamiser l'entreprise. ©Photo News

Les syndicats de Proximus ont présenté leurs propositions à la direction dans le cadre du plan de restructuration en cours. Selon eux, baisser le dividende de 10 cent générerait 105 millions d'économies.

A l’avant-veille de l’assemblée générale des actionnaires, ce mercredi, les syndicats de Proximus affûtent leurs armes alors que l’entreprise est plongée, depuis janvier, dans un plan de restructuration qui menace 1.900 emplois alors que, dans le même temps, 1.250 embauches sont prévues.

105
millions
Selon les syndicats, baisser le dividende de 10 cent générerait 105 millions d'économies.

Ils ont rencontré ce lundi matin la direction lors d’une commission paritaire. "Nous avons présenté nos propositions, la direction a été assez réceptive, le président du conseil d’administration, Stefaan De Clerck, nous a même félicités pour le travail fourni," commente Laurent Malengreau à la CGSP. Une quarantaine de propositions ont été faites à la direction. Celle-ci aura un mois pour y répondre.

Les syndicats demandent aux actionnaires de faire un effort. "L’entreprise veut économiser 240 millions d’euros dans les trois ans, mais en abaissant de 10 cents le dividende de 1,50 euro, qui est plutôt généreux, on arriverait à 105 millions d’économies durant la même période", argumente Jean-Claude Philippon au SLFP. "Mine de rien, c’est presque la moitié des économies fixées."

Notre dossier sur la restructuration de Proximus pour découvrir ou relire nos analyses sur l'une des plus grosses restructurations de l'ère Michel.


Une quarantaine de mesures

240
millions
C'est le montant des économies que Proximus entend réaliser d'ici trois ans.

Les syndicats ne se sont pas contentés de revendications, ils proposent une quarantaine de mesures pour dynamiser l'entreprise. La direction aura un mois pour y répondre.

  • Sur le plan des ressources humaines, ils suggèrent notamment d’internaliser, moyennant formation, des fonctions qui sont externalisées.
  • Sur le plan patrimonial, ils proposent de louer des bâtiments inoccupés.
  • Sur le plan commercial, ils souhaiteraient voir redynamisés les shops, menacés d’être rationalisés, en développant au contraire leurs activités via la vente de nouveaux produits et services.
Les syndicats de Proximus proposent de développer des synergies avec d'autres entreprises détenues par les pouvoirs publics comme Belfius, la RTBF et la VRT.

Ils proposent aussi le développement de synergies avec d’autres entreprises détenues par les pouvoirs publics comme Belfius ou la RTBF et la VRT, elles aussi en voie de digitalisation. Des applications pourraient ainsi être développées avec le bancassureur, tandis qu’avec les deux services audiovisuels publics, des synergies pourraient être développées en termes de contenu d’information ou de développement de publicité ciblée (le décodeur générant les datas permettant ce type de communication commerciale).

Lors de l’AG de mercredi, les représentants du personnel comptent donc bien se faire entendre, mais de manière constructive a priori. Certains d’entre eux ont ainsi acheté des actions Proximus afin de pouvoir poser leurs questions au management.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect