Le CEO d'Orange Belgique s'en retourne (promu) à la maison-mère

Michaël Trabbia était arrivé à la barre d'Orange Belgique en septembre 2016 après avoir fait ses armes à la maison-mère. Il y retourne dès septembre avec la casquette de CTO. ©Photo News

Nommé CTO, l'actuel patron de la filiale belge d'Orange, Michaël Trabbia, rejoindra le groupe, en France, à partir du 1er septembre.

Il avait déjà connu une ascension fulgurante avant de débarquer en Belgique en 2016. Voilà désormais Michaël Trabbia, actuel CEO d'Orange Belgium, propulsé au poste de Chief Technology and Innovation Officer du groupe Orange, annonce l'opérateur télécom vendredi. Il y prendra ses nouvelles fonctions à compter du 1er septembre prochain, rejoignant au passage le comité exécutif du géant français.

Le conseil d'administration de la filiale devrait quant à lui lui trouver un successeur d'ici la fin du mois de juin. De quoi indiquer que la procédure de recherche de candidat est déjà bien avancée, même si aucune information ne filtre sur le sujet.

Track record établi...

C'est donc une page qui se tourne du côté de l'Avenue du Bourget.

En effet, en quatre ans à la barre, ce polytechnicien pourra se féliciter de quelques belles réussites à la tête de l'opérateur. Parmi lesquelles un lancement et une percée qui commence à se faire sentir sur le marché fixe (internet et télé), une révision (par voie de régulateur) des prix de gros pratiqués par ses concurrents auxquels Orange loue leurs infrastructures, un plan de transformation interne ayant joué sur l'agilité de l'entreprise, la signature de contrats MVNO avec Mobile Vikings et Jim Mobile en représailles au départ de Voo Mobile chez Telenet, de même que l'acquisition de l'intégrateur ICT BKM qui lui a permis de renforcer sa position sur le marché des entreprises et de venir gonfler ses effectifs de quelque 15%.

Ceci, sans compter "sa vision technique et technologique" qui l'ont amené à porter durant toute cette période le déploiement de la 4G et l'avènement de la 5G demain à bras le corps, entend-on.

Un track record sur lequel la maison-mère a assez logiquement voulu capitaliser. Après tout, il est de coutume que les missions soient temporaires pour les CEO des filiales du groupe et porteuses de nouvelles opportunités, le succès rencontré.

... aussi au sein du groupe

D'autant qu'ici, il existait un sacré passif à ce retour au sein du groupe. Après des débuts à l'Arcep (le régulateur français des télécoms) et un passage par divers cabinets, Michaël Trabbia avait été retenu pour rejoindre, en 2011, un fleuron français – comme le veut la coutume outre-Quiévrain. Lui, avait croisé le chemin d'Orange, où il travailla alors avec l'actuel PDG Stéphane Richard, après s’être occupé des affaires publiques pendant trois ans. De là, il avait gravit les échelons.

Et ce, grâce à son sens tacticien, lui qui est connu notamment pour son amour du jeu de Kasparov, Carlsen & Cie.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés