Le patron d'Orange très critique face aux nouveaux tarifs de gros

Le patron d'Orange Belgique a une nouvelle fois fait part de sa déception par rapport aux nouveaux tarifs de gros. ©BELGA

Michaël Trabbia, le patron d’Orange a réagi aux nouveaux tarifs de gros présentés par le régulateur ce mercredi. Il regrette les choix posés par l’IBPT et s’attend à des hausses de tarifs régulières injustifiées.

Ce mercredi, l’IBPT, le régulateur du marché des télécoms, a confirmé la mise en place dès le premier juillet prochain de nouveaux tarifs de gros, ces montants payés par les opérateurs sans infrastructure à VOO, BruTélé et Telenet pour exploiter leurs réseaux. Globalement, ces nouveaux tarifs seront revus à la baisse, du moins pour cette année. Ce qui ressemble à une bonne nouvelle sur papier ne fait pourtant pas le bonheur d’Orange, le seul opérateur "loueur" actuel.

"On voit que les tempos du régulateur et celui du marché sont différents."
Michaël Trabbia
CEO d'Orange Belgique

La raison? Un premier jet de ces nouveaux tarifs avait été présenté l’an dernier. Après consultation par les différents acteurs, le régulateur a revu sa copie pour finalement proposer des tarifs moins intéressants pour Orange. L’opérateur n’a alors pas manqué de dire tout le mal qu’il pensait de la dernière version et comptait sur les commentaires de la Commission européenne (le dernier acteur à donner son avis) pour pousser le régulateur à revoir encore une fois sa copie. Sans succès donc.

Le consommateur perdant

"Nous faisons partie d’un groupe international. Nous savons comment les coûts augmentent. Aucun opérateur ne doit faire face à une telle hausse."
Michaël Trabbia
CEO d'Orange Belgique

"Nous prenons acte de cette décision. Elle permet au moins d’y voir plus clair et servira de référence pour la suite. Je salue d’ailleurs le travail en profondeur qui a été réalisé par l'IBPT", reconnait Michael Trabbia, le patron d’Orange Belgique. La décision finale est toutefois très loin de ce qu’il espérait. "On voit que les tempos du régulateur et celui du marché sont différents", explique le patron. "Suis-je satisfait? Non. Un arbitrage a été fait et il est clair que le grand perdant dans tout ça est le consommateur", enchaine le CEO.

Michaël Trabbia est particulièrement opposé à certaines décisions, comme celle d’augmenter systématiquement les tarifs de gros chaque année. "Pour certaines situations, la hausse sera de 25%. Nous faisons partie d’un groupe international. Nous savons comment les coûts augmentent. Aucun opérateur ne doit faire face à une telle hausse. D’ailleurs, en regardant les prévisions de Telenet, je ne vois rien dans leur plan financier sur une telle hausse", lance le patron.

Les conséquences sont pour lui déjà connues, les prix continueront à grimper. Une stabilité des prix, l’un des arguments phares de l’opérateur, ne semble visiblement plus tenable. "Nous n’avons pas d’autres choix. Nous avions prévu le lancement d’une offre à 400 Mbps initialement à 10 euros. Nous la mettrons finalement à 15 euros. Nous avions aussi évoqué un possible lancement d’une offre internet seule. Nous devons la repenser", conclut le patron.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés