Le "Picasso" d'Orange Belgium vaut 8 euros par action

Polygon qualifie le prix de l'OPA d'Orange sur Orange Belgium de dérisoire.

Selon Polygon, qui détient 5,3% du capital d'Orange Belgium, les mâts de téléphonie de l'opérateur valent au moins 8 euros par action.

Et voici la réponse du berger à la bergère. Polygon Global Partners qui détient 5,29% du capital d’Orange Belgium n’en démord pas. Il balaie le rapport de Degroof Petercam désigné comme expert indépendant qui dans ses conclusions estimait que le prix proposé de 22 euros par action par le groupe Orange dans le cadre de son offre publique d’achat volontaire ne "méconnaissait pas les intérêts des actionnaires minoritaires".

Sous-évalué

Aux yeux de l’actionnaire minoritaire, la banque d’affaires parvient à des conclusions qui "ne résultent pas logiquement d'une analyse raisonnable".

Aux yeux de Polygon, la banque d’affaires parvient à des conclusions qui "ne résultent pas logiquement d'une analyse raisonnable".

Polygon, qui estime que ce prix sous-évalue substantiellement Orange Belgium, avance plusieurs arguments pour justifier sa position. D'abord, le rapport minimise la croissance attendue d’Orange Belgium en évoquant des investissements qui auront un taux de rendement nul. Ensuite, il surestime les coûts attendus d’Orange Belgium. Polygon note que Degroof Petercam a pris comme hypothèse de travail des futurs coûts d'acquisition du spectre 5G qu'il considère comme exagérément élevés.

Le "Picasso perdu"

Enfin, last but not least, le portefeuille des tours de téléphonie évoqué dans le communiqué sous le titre le "Picasso perdu". La société d'investissement constate que la banque n’attribue absolument aucune valeur à ce portefeuille, "actifs qui représentent pourtant des infrastructures monétisables clés dans le bilan de la société".

Il poursuit en précisant que l’expert indépendant justifie son approche en avançant une théorie selon laquelle, les tours n'étant actuellement pas à vendre, Orange Belgium ne les apporterait pas à une entité spéciale dénommée Totem.

"L'argument selon lequel un actif n'a pas de valeur simplement parce que son propriétaire potentiel n'a pas l'intention de le vendre nous stupéfie."
Polygon Global Partners

Laissons ici la parole à Polygon: "L'argument selon lequel un actif n'a pas de valeur simplement parce que son propriétaire potentiel n'a pas l'intention de le vendre nous stupéfie. Nous assimilons pour notre part le portefeuille de tours à un Picasso des plus précieux. Si un voisin proposait d'acheter votre maison et son contenu - y compris votre Picasso - accepteriez-vous de réduire la valeur du Picasso à zéro simplement parce que votre voisin prétendrait ne pas prévoir de le vendre? Cette notion semble absurde. Mais si Orange SA réussit son offre publique d'achat au prix actuel de l'offre, les actionnaires d'Orange Belgium qui accepteront l'offre d'Orange SA perdront la valeur du Picasso que détient la société."

Plus de 40 euros

La société d’investissement estime que la valeur du "Picasso" pourrait dépasser 8 euros par action. Pour lui, la société vaut plus de 40 euros par action et il qualifie le prix de 22 euros de dérisoire.

Il n’a donc pas actuellement l’intention d’accepter l’offre et pense que "les autres actionnaires n'apporteront pas davantage leurs actions à l'offre, à moins et jusqu'à ce qu'une offre juste soit faite".  

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés