Le téléphone ne pèsera plus tant dans l'index

Belga ©BELGA

Le prix des communications pèse trop sur l'index, estime Agoria. In fine, ça pénalise les entreprises. Plus pour longtemps, selon Johan Vande Lanotte, qui promet une réforme du système en janvier. "Pourquoi encore attendre ?", se demande Agoria.

Le prix des communications téléphoniques dans l'index n'a plus baissé depuis 2008, ce qui alourdit la facture à la fois pour le secteur privé et pour l'Etat en raison d'une inflation trop élevée, se plaignent Paul Soete, CEO d'Agoria, et Frank Vandermarliere, conseiller général d'Agoria, dans un article d'opinion publié dans L'Echo de ce vendredi.

Le problème: le sous-indice des télécommunications n'a plus baissé depuis 2008 dans le panier de l'index, alors que le prix, tant des appels mobiles que des appels fixes, diminue.

Express

Lisez ici leur opinion dans l'article complet de l'Echo.

 

 

 

 

 

 

Les deux responsables d'Agoria affirment que cela représente pour les employeurs du secteur privé une charge de 1 milliard d'euros qui aurait pu être ainsi économisée, et une diminution des dépenses de 600 millions d'euros pour les pouvoirs publics.

Ils plaident donc pour une adaptation rapide du calcul de l'indice des services de télécommunications.

La réponse du ministre de l'Economie Cet article paru dans l'Echo n'a pas tardé à faire réagir Johan Vande Lanotte. "A partir du 1er janvier, les tarifs des télécoms seront comptabilisés dans l'index d'une façon totalement nouvelle."

Avec quel impact sur l'index? Le ministre n'est pas encore en mesure de le préciser. Cela dépendra d'un calcul effectué par l'IBPT.

Celui-ci reçoit chaque mois les prix pratiqués et les parts de marché des opérateurs. "Si les gens utilisent davantage leur mobile que leur ligne fixe, cela sera parfaitement pris en compte."

Agoria est content du changement à venir, mais estime que celui-ci devrait être opéré immédiatement, et pas au 1er janvier prochain. Selon Vande Lanotte,il faut du temps pour mettre au point un tel système. "Mais on réclame cette réforme depuis deux ou trois ans", riposte Agoria...

 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés