Nethys fait une offre liante sur B-Télécom

©RV DOC

Nethys (ex-Tecteo) a fait une offre liante pour racheter B-Télécom, la filiale de gestion des fibres optiques de Syntigo (groupe Infrabel). Elle propose plus de 25 millions et garantit l’emploi pendant 2 ans.

Visiblement, Nethys (ex-Tecteo) et sa filiale IT, Win, ne comptent pas lâcher le morceau B-Télécom. Selon nos informations, les dirigeants des deux sociétés ont fait une offre liante de rachat de la division qui gère l’activité de commercialisation des fibres optiques de Syntigo (groupe Infrabel). Leur démarche traduit d’autant plus leur volonté de s’emparer de B-Télécom qu’ils n’ont pas même pas eu accès à la "data room", laquelle leur aurait permis de mieux appréhender la situation financière de la "business unit" de Syntigo.

Selon des sources proches du dossier, Nethys profiterait du désistement de Telenet qui s’est retiré de la compétition (pour se consacrer totalement à l’opération de rachat de Base et de lui donner toutes les chances d’aboutir) pour rentrer dans la course. Telenet figurait sur la "short-list" de deux candidats acheteurs retenus par Syntigo, le deuxième étant le groupe hollandais, Eurofiber.

Maintien de l’emploi

Peu d’informations filtrent sur l’offre de Nethys et de Win, mais selon des indiscrétions, les deux sociétés proposent de racheter B-Télécom à un montant de plus de 25 millions d’euros. Elles garantiraient l’emploi pour deux ans. B-Télécom occupe environ 40 travailleurs et réalise un chiffre d’affaires de 26 millions.

Malgré leur offre, les deux sociétés n’auraient pas pour autant retiré leur action judiciaire contre Syntigo (qui leur aurait demandé d’y renoncer). Nethys et Win reprochent aux dirigeants de la filiale d’Infrabel de ne pas avoir garanti la transparence et la publicité de l’opération de cession de B-Télécom. Elles estiment qu’en ne le faisant pas, ils ont violé le principe d’égalité de traitement des candidats acquéreurs au sens d’une directive européenne.

Elles demandent à la justice d’interdire l’opération en cours. En première instance, Nethys et Win avaient introduit une action en référé devant le tribunal de commerce de Bruxelles à l’encontre de Syntigo de sa maison-mère, Infrabel. Elles avaient été déboutées par une ordonnance dans laquelle la vice-présidente du tribunal Renée Rubinstein a estimé que leur action visait erronément Infrabel. Elle avait d’ailleurs rejeté les demandes des deux sociétés en les jugeant infondées et en s’étonnant au passage que Nethys et Win n’aient pas pris contact avec Syntigo avant d’introduire leur action en référé. Mais elles sont allées en appel.

La cession de B-Télécom ne serait plus qu’une question de semaines et il nous revient que Syntigo est sortie de la procédure Renault initiée en décembre face à des difficultés financières (lire ci-contre). Syntigo est aussi active dans la consultance.

[Suivez Philippe Lawson sur Twitter en cliquant ici]

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés