Nokia Siemens va supprimer 17.000 emplois

La joint venture entre les géants finlandais et allemand veut économiser un milliard d'euros d'ici 2013.

L'équipementier télécoms Nokia Siemens Networks (NSN), détenu par le finlandais Nokia et l'allemand Siemens, a annoncé mercredi un plan de restructuration prévoyant la suppression de 17.000 emplois dans le monde d'ici fin 2013.

L'entreprise emploie 325 personnes en Belgique, dans des bureaux situés à Bruxelles, Mons, Herentals et Diegem, selon le site internet de Nokia Siemens Networks. Chez nous, NSN fournit notamment Belgacom, Telenet, Base et Mobistar.

Nokia Siemens Networks, qui compte quelque 74.000 salariés au 1er novembre 2011, "entend réduire ses effectifs mondiaux d'environ 17.000 (emplois) d'ici fin 2013", selon un communiqué qui précise que l'objectif est de réaliser des économies annuelles de 1 milliard d'euros par rapport à 2011. Ces économies doivent se faire au niveau des dépenses opérationnelles et des frais de production, précise le communiqué.

"Ces mesures sont regrettables mais nécessaires et notre objectif est de les mettre en oeuvre de façon juste et responsable, en apportant tout le soutien possible aux employés", affirme le CEO Rajeev Suri, dans ce communiqué.

A la suite de cette annonce, l'action de Nokia gagnait 2,5% à la Bourse d'Helsinki dans un marché en recul de 1% à la mi-journée.

Le 13 juillet, la coentreprise germano-finlandaise spécialisée dans les réseaux télécoms avait indiqué prévoir "des nouvelles mesures pour améliorer la compétitivité de l'entreprise comme entité indépendante", suggérant une prochaine restructuration.

Nokia et Siemens avaient un temps considéré la possibilité de vendre des parts de NSN mais y avaient renoncé en juillet. Fondée en 2007 par la fusion des activités de Nokia et Siemens, NSN a déjà réalisé plusieurs plans sociaux et a souvent subi des pertes au cours de sa brève histoire.

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés