OPA sur Orange Belgium: "Le prix de 22 euros est définitif"

L'offre d'Orange court jusqu'au 23 avril. ©AFP

Orange ne compte pas relever le prix de son offre publique sur sa filiale belge. Il n'y a pas de valeur cachée au niveau des mâts de téléphonie, dit le groupe.

Nouvel épisode dans l’OPA lancée par le groupe Orange sur sa filiale belge, Orange Belgium .

Le groupe français a affirmé ce matin qu’il n’avait pas l’intention de modifier les modalités de son offre et que le prix de 22 euros par action était donc définitif.

"L'argument selon lequel un actif n'a pas de valeur simplement parce que son propriétaire potentiel n'a pas l'intention de le vendre nous stupéfie."
Polygon

Orange souligne qu’en ce qui concerne les tours de téléphonie, il n’existe pas de valeur cachée. Il assure n’avoir pas l’intention de consolider ces actifs dans Totem, sa société de tours, ni de les vendre à une tierce partie.

Dans ce contexte, le groupe considère que cette opération offre à tous les actionnaires d’Orange Belgium une opportunité unique de monétiser immédiatement leur participation à des conditions attractives affime-t-il dans un communiqué.

Plus de 40 euros

Lundi, la société d’investissement Polygon, qui détient 5,3% du capital d’Orange Belgium, avait réagi au rapport de Degroof Petercam qui estimait, en tant qu’expert indépendant, que le prix de 22 euros par action ne lésait pas les intérêts des actionnaires minoritaires.

Dans son argumentaire, Polygon s’était dit stupéfait de constater que Degroof Petercam n’attribuait absolument aucune valeur à ce portefeuille de mâts, "actifs qui représentent pourtant des infrastructures monétisables clés dans le bilan de la société".

"L'argument selon lequel un actif n'a pas de valeur simplement parce que son propriétaire potentiel n'a pas l'intention de le vendre nous stupéfie", avait-il indiqué.

Pour la société d’investissement, Orange Belgium vaut plus de 40 euros par action. Elle qualifie le prix de 22 euros de dérisoire.

L'offre d'Orange court jusqu'au 23 avril.

Ce que dit Orange sur les tours

Voici un extrait du communiqué d'Orange concernant les tours de téléphonie de sa filiale belge

"S’agissant des actifs d’infrastructure de tours, Orange réaffirme qu’il n’existe pas de valeur cachée. En Belgique, l’ensemble des opérateurs bénéficient de la réglementation qui prévoit une obligation de partage des sites d’antennes à un tarif réglementé depuis 2008. Cette réglementation distingue le marché belge des tours des autres marchés européens.

Par ailleurs, la priorité d’Orange Belgium demeure l’optimisation de la gestion de ses sites et la réduction de son parc de tours à travers la mise en œuvre de l’accord de partage d’équipements actifs et passifs (RAN sharing) signé en 2019 avec Proximus. Ces éléments sont déjà pris en compte en totalité dans le prix de l’offre. Dans ces conditions, une cession de tours s’assimilerait à une simple opération financière de sale-and-lease-back qui détériorerait la capacité de création de valeur d’Orange Belgium."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés