Orange Belgium sur un nuage après avoir battu le marché

Désormais dirigé par Xavier Pichon, Orange Belgium a maintenu ses prévisions pour l'ensemble de l'exercice. ©BELGA

Orange Belgium a publié des chiffres trimestriels supérieurs aux attentes des analystes financiers. Son titre bondissait de 10% ce vendredi matin.

Une semaine avant  Proximus et Telenet , Orange Belgium a dévoilé des chiffres trimestriels applaudis en bourse, le titre grimpant de 10% en matinée. De quoi mettre la pression sur ses deux concurrents…

Sur le plan opérationnel, retenons deux choses. Au cours du 3e trimestre, le groupe a accru de 2,6% (+21.000) la base de ses clients mobiles postpayés, alors qu’au niveau de son offre convergente Love, la hausse atteint 31% (+17.000 abonnés).

+10%
L'action Orange Belgium bondissait de 10% en bourse ce vendredi matin.

Des chiffres supérieurs aux attentes des analystes, comme ceux du compte de résultat. Certes, les revenus affichent une baisse de 0,6% en raison de la faiblesse des recettes tirées des SMS et de l’itinérance, mais ils atteignent 335,3 millions d’euros là où le marché n’en escomptait que 325.

De son côté, l’ebitdaal (ebitda après coûts de leasing) a progressé de 7,2%, à 89,4 millions d’euros, un bonus de 2,4 millions par rapport au consensus. Cette bonne tenue est imputable à l’accroissement des services facturés au client et à la baisse des coûts (-3,1%).

Prévisions

Un bilan trimestriel solide, donc, qui permet à Orange de maintenir ses prévisions pour 2020: une légère diminution du chiffre d’affaires, un ebitdaal compris entre 310 et 330 millions d’euros et une légère baisse des investissements (eCapex).

"Nous n’attendons pas de surprise au 4e trimestre, le momentum dynamique de l’ebitda devrait se poursuivre."
David Vagman
Analyste chez ING

Pour David Vagman, d’ING ("acheter"; 29 euros), il semble de plus en plus probable que l’ebitdaal se situe finalement au milieu de la fourchette des prévisions, si pas légèrement au-dessus, ce qui donne de la marge à la hausse pour le consensus fixé à 317 millions d’euros. "Nous n’attendons pas de surprise au 4e trimestre, le momentum dynamique de l’ebitda devrait se poursuivre."

Degroof à l'achat

Chez KBC Securities, Ruben Devos ("acheter"; 23 euros) est plus optimiste encore. Il estime que le groupe se trouve sur la bonne voie pour atteindre la partie supérieure de la fourchette, soit 325 millions d’euros environ. "À plus long terme, nous tablons sur une croissance des revenus des services mobiles et sur la poursuite de l’amélioration au niveau du câble, ce qui se traduira en une croissance annuelle moyenne estimée du bénéfice par action de 32% entre 2019 et 2022."

Vivien Maquet, de Degroof Petercam, salue également les beaux chiffres trimestriels, dévoilés ce vendredi matin, qui "démontrent la résilience du groupe face à la crise sanitaire." Malgré celle-ci et les perspectives de croissance, il note que le titre a été lourdement sous pression depuis le début de l’année (-32%). Il réitère son objectif de cours (19 euros) et passe à l’achat sur la valeur.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés