Pas de guerre des prix dans les télécoms

©Thierry du Bois

Le marché belge des télécoms va encore être secoué avec la reprise de Base par Telenet et les nouveaux prix de gros du câble. Selon les analystes de la banque HSBC, les opérateurs ne relanceront pas la guerre tarifaire.

Comment va réagir le marché belge des télécommunications aux deux grands changements en cours: le lancement, par Mobistar, d’une offre de connexion à haut débit et le rachat de l’opérateur mobile Base par le câblo-opérateur Telenet? L’équipe d’analystes de la banque HSBC s’est penchée sur la question.

Après une guerre des prix qui a sévi de 2012 à 2014, notre marché national a renoué avec la croissance cette année. La banque table sur une progression des revenus de 1,8% pour l’ensemble du secteur en 2015, après un recul de 1,6% l’an dernier. Les excédents bruts d’exploitation (Ebitda) des opérateurs s’affichent également en hausse.

Cette progression va-t-elle se poursuivre l’an prochain, dès lors que Mobistar fera usage de l’ouverture du câble et de la réduction des prix de gros par le régulateur pour refaire son entrée sur le marché du haut débit fixe? Ou va-t-on entrer dans une nouvelle phase de la guerre des prix?

Un mécanisme de prix… stabilisant

-30 à -35%

Mobistar

Mobistar pourrait présenter une offre haut débit moyenne avec un discount de 30 à 35% par rapport aux produits similaires chez Proximus, Telenet et Voo, selon les analystes de HSBC.

-20 à -25%

IBPT

La dernière proposition du régulateur des télécoms mènerait à une réduction des prix de gros du câble de l’ordre de 20 à 35%.

44,5%

Proximus

HSBC évalue la part de Proximus dans le marché du haut débit fixe à 44,5% à fin juin 2015, contre 43,5% un an plus tôt.

Dans le haut débit fixe, l’IBPT (Institut belge des services postaux et télécoms) est encore en train de finaliser le nouveau mécanisme de limitation des prix de gros pour l’accès au câble. Le régulateur devrait annoncer sa décision en octobre.

Sa dernière proposition, qui a fait l’objet d’une consultation du marché clôturée le 15 juillet dernier, mènerait, si elle était appliquée telle quelle, à 20 à 35% de réduction par rapport à l’offre initiale.

Selon les calculs de la banque, Mobistar saisira l’occasion pour revenir sur le marché du haut débit avec une offre qui pourrait s’avérer 30 à 35% moins chère que les produits équivalents chez Proximus, Telenet ou Voo. Mobistar aurait intérêt à proposer un "dual play" (télévision et internet) plutôt que le classique "triple" car ses clients mobiles n’auront plus besoin de services de téléphonie fixe. Les câblo-opérateurs ne réagiront pas en cassant leurs prix, poursuit HSBC, car sinon, à terme, ils provoqueraient mécaniquement une nouvelle réduction du mécanisme de prix de gros fixé par l’IBPT, compte tenu du système imaginé par le régulateur. Quant à Proximus, sachant que les câblos ne réagiront pas, il préférera sans doute laisser Mobistar lui rogner un peu de parts de marché car retarifer l’ensemble de ses clients fixes lui coûterait beaucoup plus cher.

Marché mobile: le calme après la tempête

Sur le marché mobile, Mobistar et Base ont enregistré de meilleurs résultats au premier semestre 2015. Le premier reste néanmoins sous pression en termes de flux de cash-flow, le second a fait en sorte de maximiser sa valeur en vue de sa vente à Telenet par KPN. Pas plus que Proximus, ils n’ont intérêt à (re) casser les prix.

©ISOPIX

Telenet, qui était opérateur mobile virtuel via Mobistar, sera en position de faire migrer ses clients mobiles vers Base quand il l’aura acquis. Il pourrait ensuite comprimer ses tarifs mobiles, mais HSBC doute qu’il choisisse cette option. Le câblo devra dégager un return sur un réseau qu’il viendra d’acquérir pour la bagatelle de 1,3 milliard d’euros.

Argument supplémentaire, les trois opérateurs mobiles occuperont alors des positions similaires sur le marché: appliquer une forme de pouvoir de fixation des prix sera plus efficace pour chacun d’eux pour faire croître leurs profits qu’une nouvelle guerre des prix, pensent les analystes de HSBC.

Les leçons du passé

Le risque demeure qu’un des opérateurs décide d’offrir d’importants discounts aux clients qui souscriraient une offre "quadruple play", c’est-à-dire les trois services classiques plus au moins un abonnement mobile. Proximus et Telenet concèdent déjà de légers rabais mensuels à certains de leurs clients "quadruple". Mais le prix total des offres, discount inclus, reste relativement similaire chez les deux opérateurs, poursuivent-ils.

Quant à Mobistar, encore une fois, sa capacité à tarifer bas sera limitée par son niveau de génération de cash-flow. "Nous nous attendons à ce que les opérateurs aient tiré la leçon de 2012 et qu’ils aient appris qu’une tarification prédatrice ne conduit pas à des gains de part de marché durables", écrivent-ils avant de conclure que les changements en cours ne devraient pas non plus conduire à des "disruptions majeures" sur le marché mobile. La bonne analyse?

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect