Pourquoi Mobistar gagne plus de 6%

©Michiel Wijnbergh/Hollandse Hoogte

Les régulateurs des télécoms et de la télévision ont revu leurs calculs. Pour les opérateurs alternatifs intéressés, les prix de gros auxquels " monter " sur le câble des concurrents vont diminuer de 25 à 30% par rapport à l’offre de 2013. Une bonne nouvelle pour Mobistar.

Bonne nouvelle pour Mobistar et les opérateurs télécoms alternatifs: le régulateur a revu les prix de gros qu’il impose aux câblo-opérateurs pour accéder à leurs réseaux. Et cette révision va dans le sens d’une nette diminution.

L'action Mobistar   gagnait d'ailleurs plus de 6% ce jeudi après la publication de cette information.

En clair, à partir de l’automne prochain, les opérateurs non câblés qui voudront offrir à leurs clients des services de télévision ou d’internet large bande via le câble de concurrents comme Voo, Telenet ou Brutélé pourront le faire à des conditions beaucoup plus attrayantes qu’aujourd’hui. Les différences par rapport aux prix régulés en 2013 sont de l’ordre de 25 à 30%.

Jusqu’ici, les prix de gros pour l’accès au câble restaient relativement élevés. Ce qui explique qu’un opérateur mobile comme Mobistar ait tergiversé, puis suspendu son projet  de proposer des services de télévision à ses clients.

L’objectif des régulateurs était de stimuler la concurrence et d’offrir des services télécoms de qualité à des prix attractifs aux consommateurs. But secondaire, mais essentiel: garantir aux opérateurs alternatifs qu’ils pourront dégager une marge sur ces services.

Corriger le tir de 2013

©Bloomberg

La CRC, la Conférence des régulateurs qui réunit l’IBPT, le Conseil supérieur de l’audiovisuel, le Vlaamse Regulator voor de Media et le Medienrat (germanophone), avait défini le cadre réglementaire de l’ouverture du câble en 2011, puis fixé les conditions tarifaires en 2013. 

Depuis lors, le marché a encore évolué: les offres de détail des câblo-opérateurs comprennent davantage de services, certains étant facturés, d’autres pas, diverses promotions sont apparues notamment dans le but de favoriser les "packages" combinant téléphone, télévision et internet, etc. L’IBPT a jugé le moment opportun de réviser les tarifs de gros à la lumière de ces développements et de profiter de l’occasion pour corriger les éventuelles erreurs du passé.

Il en résulte cette nouvelle offre de prix de gros, publié ce mercredi pour consultation. Cette phase prendra fin le 23 juin, après quoi les régulateurs peaufineront leur texte, qu’ils notifieront ensuite à la Commission européenne. De sorte que la nouvelle "grille tarifaire" devrait être prête à l’automne prochain.

1. Le calcul du "retail minus" est modifié. C’est un pourcentage de rabais qu’impose le régulateur sur les prix de détail pratiqués par chaque câblo-opérateur. Il est calculé sur la base des coûts évitables, soit tous ceux qui ne concernent pas ce que chaque câblo offre aux opérateurs alternatifs mais qui ont uniquement trait la partie retail de leur service. Désormais, le retail minus sera fixé sans tenir compte des services complémentaires proposés par les câblos à leurs clients. Ces services sont notamment le pack de sécurité, le courrier électronique, le contenu gratuit, l’accès à un wifi communautaire, etc. Techniquement, l’IBPT valorise ces services additionnels à leur juste prix, puis les retire du prix de détail avant d’y appliquer le pourcentage de "minus". Même topo pour les modems et décodeurs: le minus est appliqué sur un prix de détail sans décodeur.

2. Les promotions (activation gratuite, cadeaux…) sont considérées comme des coûts évitables. Dans le calcul du retail minus, on les ajoute désormais à ceux-ci, avant de diviser cette somme par le revenu moyen par client.

3. Pour les nouveaux opérateurs entrants, on prévoit une phase transitoire de deux à trois ans, durant laquelle le calcul du retail minus sera aménagé de manière à éviter qu’ils soient pénalisés par le fait que leur revenu moyen par client sera, au début, plus bas que la moyenne du marché.

Ces trois modifications tireront automatiquement les tarifs de gros vers le bas, dans des proportions variables. D'après nos calculs, ils sont de 25 à 30% inférieurs à leur niveau de 2013.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés