analyse

Pourquoi Orange s’intéresse à Orange

©Phanie

La maison mère française d’Orange se verrait bien racheter l’entité belge. La preuve de l’importance du marché pour le groupe. L’opération pourrait aussi être un sérieux atout dans la course au rachat de VOO.

L’intérêt de la maison mère Orange pour sa petite sœur belge n’a jamais été un grand secret. La sortie est désormais officielle. Orange SA se verrait bien récupérer les 47,1% d’actions qui lui manquent. Et l’entreprise serait visiblement prête à payer le prix fort pour retirer l’opérateur du marché boursier. L’offre n’a pour le moment rien d’officiel mais les intentions sont déjà chiffrées avec une proposition de rachat à 22 euros par action. "Une excellente offre", assure une source qui connaît très bien la boîte.

2
milliards €
Le prix de vente devrait tourner autour des deux milliards d’euros.

L’action de l’opérateur n’a effectivement plus connu un tel niveau depuis cinq ans. Dans les couloirs de l’opérateur, la possibilité d’un rachat se chuchote depuis des années. L’information a néanmoins quelque peu surpris, en témoigne notamment le communiqué de presse d’Orange Belgique, tombé mercredi peu avant 23h et se contentant de confirmer la prise de connaissance de la sortie de la maison mère. "Le Conseil d’administration d’Orange Belgium se réunira dans les meilleurs délais pour prendre connaissance et examiner le contenu de l’offre conformément aux dispositions légales", explique Orange Belgique.

Suite logique

Le message est néanmoins clair: le marché belge, bien qu’un chouia complexe, intéresse Paris. Le mouvement n’est d’ailleurs pas tout à fait neuf et suit l’historique de l’opérateur sur nos terres. Entré discrètement via Mobistar, le groupe joue à visage découvert sous le nom d’Orange depuis seulement quatre ans. Depuis, le travail réalisé a permis de faire d’Orange un véritable challenger qui aime bousculer les lignes, surtout du côté des prix. "Cette annonce prouve l’importance qu’accorde le groupe au marché belge. Orange compte visiblement rester longtemps ici", assure notre source.

"Une OPA permettrait à la direction d’avoir les coudées franches pour ce genre de décisions et ne plus être tributaire de votes opposants lors d’assemblées générales extraordinaires."
David Dupont
Spécialiste des télécoms

À regarder d’un peu plus près la stratégie d’Orange, un tel choix semble d’ailleurs cohérent avec la stratégie globale. Si l’OPA devait effectivement se confirmer, elle suivrait une tendance déjà bien installée au sein du groupe. Au fil du temps, Orange a préféré gérer seul ses entités étrangères plutôt que de dépendre (au moins partiellement) du bon vouloir des actionnaires. En Europe, la Belgique était d’ailleurs avec la Pologne la dernière filiale importante du groupe où la présence d’Orange SA dans le capital était si peu prononcée.

En position pour le rachat de VOO

Toujours du côté des explications d’une telle manœuvre, difficile de ne pas faire aussi le lien avec l’interminable dossier VOO. Après l’annulation de la vente, l’opérateur wallon est à nouveau à l’étalage. Ce n’est d’ailleurs pas vraiment un secret: Orange, qui a pour ambition d’atteindre dans un premier temps les 10% de parts du marché, a toujours fait part de son intérêt pour l’opérateur rose.

Le prix de vente devrait tourner autour des deux milliards d’euros. Rien d’effrayant, VOO - et surtout son réseau - étant particulièrement attractif pour un opérateur comme Orange, ne disposant pas de telles infrastructures.  Un tel investissement ne se décide toutefois pas sur un coup de tête et une telle opération pourrait refroidir certains actionnaires. "Une OPA permettrait à la direction d’avoir les coudées franches pour ce genre de décisions et ne plus être tributaire de votes opposants lors d’assemblées générales extraordinaires", analyse David Dupont, spécialiste attentif du secteur.  "C’est effectivement une possibilité mais le processus de vente de VOO s’annonce encore long. Beaucoup de choses peuvent encore se produire", glisse notre autre source. Vu la tournure du dossier ces derniers mois, difficile effectivement de lui donner tort.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés