Proximus espionné par la NSA et la BND

©BELGA

Les services de renseignements allemands (BND) ont sondé 15 connexions internet belges venant ou sortant de Belgique; et ce à la demande du service d'espionnage américain, NSA. Selon le parlementaire Groen, Stefaan Van Hecke, il s'agirait en grande partie de cables appartenant à Proximus (ex-Belgacom).

Peter Pilz, parlementaire autrichien révélait la semaine dernière que les services de renseignements allemands BND espionnaient les données véhiculées par des cables à fibre optique et transmettaient les informations récoltées étaient ensuite transmises à la National Security Agency, services secrets américains. Cela concernerait au total 134 lignes dans 31 pays dont la Belgique.

Cette opération au nom de code "Eikonal" s'est déroulée entre 2004 et 2008. Aujourd'hui, Pilz et différents parlemantaires européens, dont le Belge, Stefaan Van Hecke (Groen), ont dévoilé l'opération.

Selon Van Hecke, la BND a espionné 15 connexions internet belges, dont 10 de Proximus, ainsi que des dizaines de connexions de l'opérateur néerlandais KPN. Ces 15 lignes belges figuraient sur une liste prioritaire des lignes de transit partant de Bruxelles ou Paris vers d'autres pays, et qui étaient interceptées par Deutsche Telekom.

"C'est choquant. Je vais demander des éclaircissements sur ces 15 lignes belges au Comité R et interroger le ministre compétent. Ce n'est pas normal que des Etats européens amis s'espionnent l'un l'autre, il peut aussi s'agir d'espionnage économique, à la demande des services de renseignement américains. Nous attendons une réaction forte de notre gouvernement vis à vis de l'Allemagne. En ce moment, l'opérateur néerlandais KPN enquête sur les clients qui ont pu être victimes de ces pratiques d'espionnage, j'attends de Belgacom qu'elle fasse de même", réagit Stefaan Van Hecke.

Les affirmations de Pilz mettent pour l'heure seulement en lumière l'espionnage des cables. On dispose certes encore peu de précisions quant aux grandes entreprises ou organisations qui étaient ainsi visées.

Alors que l'opérateur néerlandais KPN a annoncé qui mènerait l'enquête. Proximus affirme jeudi ne disposer d'aucune indication faisant état de pratiques d'espionnage sur ses câbles à fibre optique et ses lignes internet par le service de renseignement allemand BND.

"Nous ne disposons d'aucune indication laissant penser que ces pratiques d'espionnage ont eu lieu. Ceux qui ont dévoilé cette affaire doivent nous donner toutes les informations utiles. Actuellement, nous ne possédons pas les éléments nécessaires pour réagir", a ajouté Proximus.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés