Proximus fera appel à un médiateur social pour relancer les négociations

©Photo News

La direction de Proximus a accepté la demande des syndicats, un médiateur social sera nommé pour relancer les négociations. Ces dernières sont suspendues depuis lundi par les syndicats qui souhaitaient voir Dominique Leroy démissionner immédiatement.

La direction de Proximus a finalement accepté mardi en fin de journée la demande des syndicats de faire appel à un médiateur social pour reprendre le suivi des négociations. Une réunion est prévue mercredi avec la direction pour déterminer les modalités pratiques. La direction répond ainsi favorablement à la demande faite par les syndicats. Lundi, en front commun, les trois organisations s'étaient réunies au siège du groupe pour demander la démission immédiate de la patronne Dominique Leroy. Cette demande a été rejetée par le conseil d’administration et la CEO quittera donc ses fonctions, comme prévu, le 1er décembre prochain. "La nomination d’un médiateur est une bonne chose. C’est un pas dans la bonne direction. La direction de Proximus nous avait annoncé qu’elle nous donnerait une réponse demain (ce mercredi, NDLR) mais visiblement les choses ont été plus vite que prévu", a précisé Jean-Claude Philippon, délégué syndical SLFP.

"La nomination d’un médiateur est une bonne chose. C’est un pas dans la bonne direction"
Jean-Claude Philippon
Délégué syndical SLFP

Dans la journée de mardi, quelques mouvements de mécontentement spontanés ont eu lieu un peu partout en Belgique. Les organisations n'appelaient toutefois pas à des actions, mais quelques membres du personnel ont tout de même arrêté le travail, entraînant notamment la fermeture de l'un ou l'autre magasin du réseau de Proximus. Plusieurs employés notamment à Liège, Marcinelle, Bruges, Mons et au call center de Bruxelles ont ainsi débrayé spontanément. Ces actions n'ont toutefois pas eu d'impact majeur sur les activités de l'entreprise.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect