Publicité

Proximus garde le cap et ajoute 15 communes à son réseau fibre

Proximus accélère peu à peu le déploiement de son réseau fibre en Wallonie. ©BELGAIMAGE

L'opérateur vient d'annoncer le déploiement prochain de son infrastructure dans 15 nouvelles communes wallonnes. L'objectif de couvrir 70% des ménages belges pour 2028 reste inchangé.

Le déploiement du nouveau réseau se poursuit chez Proximus. Trois mois après avoir officialisé son partenariat avec Eurofiber pour créer la coentreprise Unifiber, l'opérateur faisait ce mercredi un point sur la situation au sud du pays. Quinze nouvelles communes wallonnes disposeront bientôt d'un accès au réseau de fibre optique. Ces nouveaux déploiements se feront directement par Proximus dans 11 communes (La Louvière, Chapelle-lez-Herlaimont, Seraing, Soignies, Boussu, Colfontaine, Frameries, Ath, Nivelles, Braine-Le-Comte et Tubize) et via Unifiber dans les quatre restantes (Jodoigne, Huy, La Hulpe et Jemeppe-sur-Sambre).

Peu à peu, l'opérateur belge accélère donc la mise en place de son réseau nouvelle génération.

70%
des résidences belges raccordées
Proximus a pour objectif de raccorder 70% des résidences belges à son réseau fibre pour 2028.

Le déploiement plus rapide est nécessaire s'il souhaite remplir les objectifs fixés. "Nous souhaitons à terme 100% de la Belgique connectée. L'étape intermédiaire est pour 2028 avec 70% des résidences et sociétés belges raccordées", détaille Guillaume Boutin, le CEO de Proximus. En juillet dernier, le groupe annonçait que 621.000 foyers avaient désormais un accès au réseau fibre. On est donc encore très loin des 4,2 millions de résidences belges à relier pour connecter 70% du pays.

Ambitions inchangées

Le patron de Proximus l'assure toutefois, les ambitions restent inchangées. "Nous allons progressivement atteindre notre rythme de croisière pour connecter dès 2024, 10% de plus de la population belge chaque année. On ne peut tout simplement pas aller plus vite", explique Guillaume Boutin. Pour atteindre ses ambitieux objectifs, dont le coût se chiffre à 5 milliards d'euros, le groupe mise sur un déploiement en trois parties. Proximus se charge seul de tout Bruxelles et des communes les plus denses du Royaume. "Mais lorsque l'on dit dense, on va déjà assez loin, car nous n'avons en Belgique que peu de communes très urbanisées", glisse Guillaume Boutin. Une réalité qui se traduit sur le terrain avec des déploiements prévus dans des communes de taille plutôt modeste comme Boussu et Colfontaine.

"On promet au moins 80% de couverture dans toutes les communes avec qui nous signerons."
Nico Weymaere
CEO d'Unifiber

Pour les communes wallonnes à densité encore plus faible, Proximus laisse la tâche à Unifiber qui deviendra donc le propriétaire d'une partie du réseau. La société tout juste créée durant l'été se chargera à terme de raccorder 500.000 résidences et entreprises wallonnes. "On promet au moins 80% de couverture dans toutes les communes avec qui nous signerons. Cela n'aurait pas de sens de les faire toutes signées pour, au final, se concentrer sur le centre de la commune et ne couvrir que 10% de la population", assure Nico Weymaere, le nouveau CEO de la jeune entreprise qui rappelle que l'opération est entièrement gratuite pour les communes.

Pour l'heure, le travail d'Unifiber n'en est toutefois qu'à ses débuts. L'entreprise doit d'ailleurs encore largement recruter pour pouvoir mettre pleinement la machine en route. "Ce sera un défi, car nous estimons avoir besoin, dans un premier temps, de 300 personnes supplémentaires pour assurer le déploiement", explique Nico Weymaere. Selon Proximus, le déploiement complet du réseau devrait permettre de créer au total près de 1.250 emplois. Le recrutement n'est toutefois pas le seul défi du déploiement. Le patron d'Unifiber devra également faire avec d'autres challenges, comme les démarches administratives à rallonge. "Aujourd'hui, il faut compter un an entre la signature avec une commune et le déploiement. La législation actuelle est adaptée à des interventions ponctuelles, mais pas à des déploiements massifs où il est nécessaire de travailler sur toute la commune", lance le patron.

"Pour les communes les plus reculées, nous devons plancher sur des innovations et des solutions alternatives."
Guillaume Boutin
CEO de Proximus

Malgré l'activité prévue par Unifiber, certaines régions particulièrement reculées ne seront toutefois pas assez rentables pour l'entreprise. "Pour ces dernières, nous devons donc plancher sur des innovations et des solutions alternatives pour permettre quand même de les relier au réseau", explique Guillaume Boutin. Difficile de connaitre exactement le nombre de foyers concernés, mais environ 20% du marché serait concerné. Proximus planche donc sur des solutions comme un partenariat avec Ores, qui permettrait de s'appuyer sur son l'infrastructure pour déployer plus facilement la fibre. Des interventions publiques seront sans doute aussi nécessaires. "C'est une option déjà à  l'étude dans la partie germanique du pays.  Il n'y a rien d'exceptionnel dans cette démarche, les autres pays qui nous entourent ont largement recours à ce moyen pour les régions les plus reculées" assure le patron de l'opérateur.

Le résumé

  • Proximus poursuit le déploiement de sa fibre optique.
  • En Wallonie, 15 nouvelles communes auront prochainement accès au réseau.
  • Le déploiement se fera en partie avec la nouvelle coentreprise Unifiber.
  • Proximus planche également sur des solutions pour les régions les moins denses.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés