Proximus, Telenet et Orange Belgium engluées dans un "value trap"

©AFP

Selon un analyste financier de RBC Capital Markets, la baisse qui affecte les actions belges actives dans les télécoms depuis le début de l'année n'est pas terminée. Attention au "value trap"!

Ayez un petit mot gentil si, dans votre entourage, vous connaissez des investisseurs qui possèdent en portefeuille des actions télécoms belges. Une tape amicale sur l’épaule serait même la bienvenue.

Depuis le début de l’année (au moins), le trio (infernal) affiche un parcours boursier -comment dire?- propre à déclencher un rictus nerveux chez les plus aptes au self-control. Chez les autres….

La vérité des chiffres est cruelle. Pour Telenet , la chute atteint 18,9%. Ce n’est que légèrement moins accentué pour Proximus (-16%) alors qu’avec un recul de 5,8% Orange Belgium fait presque figure de miraculé. Sur la même période, le Bel 20 s’est contracté de deux petits pourcent.

Usure concurrentielle

Et cela risque de ne pas s’améliorer prochainement. "Le marché belge des télécoms stagne avec des tendances faibles souligne Wilton Fry, un analyste de RBC Capital Markets citant la concurrence et la régulation comme causes principales de ce marasme boursier. Et d’enfoncer le clou : "Ce secteur apparaît dans son essence comme étant un 'value trap' classique." Le marché est bas, ajoute-t-il, mais pas assez pour offrir de bonnes raisons de se positionner à l’achat.

L’expression "value trap" fait référence à des actions dont le cours apparaît comme bas sur une longue période par rapport à leurs paramètres de valorisation attirant des investisseurs en quête de bonnes affaires. Le piège ("trap") se referme sur ceux qui en ont acquis lorsque les titres en question continuent encore de baisser.

Pour Wilton Fry, le marché montre des signes d’usure concurrentielle. Il estime que c’est Proximus qui s’en sort le mieux. Il a toutefois réduit l’objectif de cours à 27 euros contre 33 euros avant, son avis restant à "neutre". L’objectif de cours moyen des analystes s’élève à 27,32 euros soit un potentiel de hausse de 19%.

L'évolution de Proximus par rapport au Bel 20 sur un an. ©L'Echo

Minées par la régulation

Il souligne également que les télécoms belges sont minées par la régulation avec de nouvelles règles pour assurer l’accès au nouveau FTTH (internet à très haut débit avec la fibre optique qui se termine au domicile de l’abonné) et pour améliorer l’accès de gros au câble. "Les prix proposés ne sont pas assez bas pour aider Orange Belgium qui attend une amélioration au niveau de la régulation. Cela prendra du temps" estime-t-il. Son objectif de cours est à 19,5 euros contre 19 euros avant sur la valeur soit le "target" moyen qui offre un potentiel de 18% par rapport au cours actuel.

Comme pour Proximus, il a réduit ses ambitions sur le titre Telenet qu’il voit désormais à 56,50 euros contre 60 euros avant. Il s’éloigne de l’objectif moyen de 61,7 euros qui est de 31% supérieur au cours.

Comme alternatives, il propose BT Group et KPN .

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content