Real Impact Analytics fait peau neuve pour refléter sa stratégie

Les deux co-fondateurs de Real Impact Analytics, Sébatien Deletaille (à gauche) et Loic Jacobs van Merlen (à droite). ©Emy Elleboog

Le spécialiste bruxellois du big data à destination du secteur des télécoms s'appellera désormais Riaktr, reflétant sa transformation d'une société de services en une boîte orientée software.

Ne dites plus "Real Impact Analytics", mais bien "Riaktr". Le spécialiste bruxellois du big data à destination du secteur des télécoms a fait peau neuve mardi à l’occasion du Mobile World Congress.

L’idée derrière cette appellation nouvelle? Refléter le succès du processus de transformation entamé en 2015 par l’équipe aux commandes. D’une boîte offrant des services à la carte à ses partenaires (comme Proximus), l’entreprise bruxelloise est désormais passée en quasi-totalité vers du software. L’activité pèse à présent 90% des contrats signés, indique Sébastien Deletaille, CEO et cofondateur. "C’est le meilleur indicateur du fait que le pivot imaginé par le passé est terminé."

90
%
Les contrats logiciels pèsent à présent 90% des contrats signés par l'entreprise.

Travail de fond

Pourtant, ce n’était pas gagné d’avance. "À l’époque, nous avons sous-estimé le temps que l’opération prendrait. Nous tablions sur 6 mois et cela a finalement duré un peu plus de deux ans"En cause, le fait que, du côté commercial, les enjeux diffèrent lorsqu’un client doit débourser 100.000 euros annuellement, plutôt que 500.000 en "one shot".

Par ailleurs, du côté opérationnel, il a fallu recruter des profils très spécifiques dont "on avait parfois jamais entendu parler", sourit le jeune patron.

Cette mue désormais opérée, où en est l'entreprise? Sébastien Deletaille préfère éviter de s'attarder sur les chiffres pour l'instant. La raison? "Comme on a changé de contexte (au vu de la montée en puissance de l'entreprise, NDLR) et que nous sommes entrés dans une logique de venture avec des investisseurs externes, quand j'annonce des chiffres dans la presse, c'est réutilisé à notre encontre dans les négociations. Ce que je peux dire, c'est que nous avons recruté en 2017 une bonne vingtaine de personnes et que notre plan d'investissement pour 2018 concerne une trentaine supplémentaire".

Pour ce qui est de l'avenir par contre, une chose est claire: d'ici 2020, Riaktr entend se positionner comme "la boîte établie d'optimisation du Capex (dépenses d'investissement, NDLR) en Europe, et ce, dès le moment où la 5G sera opérationnelle". En bref, l'entreprise aidera les opérateurs à déterminer où placer leurs antennes.

Pour y arriver l'entreprise pourra compter sur son expertise développée en partenariat avec Proximus   ou pour des client comme les géants des télécoms que sont Orange Groupe  , Vodafone   ou Deutsche Telekom  .

D'ici 2020, nous voulons faire de Riaktr une boîte établie d'optimisation du Capex en Europe, et ce, dès le moment où la 5G sera opérationnelle
Sébastien Deletaille
CEO et confondateur de Riaktr

Pour ce qui est du détail de la stratégie poursuivie par Riaktr, croissance organique et externe sont sur la table, précise Sébastien Deletaille. "Nous analysons les deux, rien n'est exclu".

De même qu'une diversification dans la vente et la distribution. "Nous voulons devenir le moteur de recommandation de l'industrie des biens de consommation emballés (Consumer Packaged Goods ou CPG en anglais, NDLR)". Là, tout une série de tests a déjà commencé avec des acteurs établis (Maes, AB InBev,...) pour vérifier la faisabilité d'un passage des télécoms à ce nouveau créneau.

Autant d'éléments qui devraient permettre à l'entreprise de maintenir une croissance supérieure à 40 voire 50%, soit "la norme de ce qui est attendu pour une boîte de logiciels".

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content