Telenet déploiera sa 5G avec Nokia et Ericsson

Telenet a signé un contrat avec Ericsson pour la partie antenne de la 5G et avec Nokia pour le déploiement du cœur du réseau. ©Peter Hilz

L'opérateur flamand Telenet a dévoilé, ce lundi, les noms de ses futurs partenaires pour la 5G. Comme ses concurrents, il se passera de fournisseurs chinois.

Ce sera donc sans les fournisseurs chinois. Telenet , le dernier opérateur du pays qui devait encore dévoiler ses futurs partenaires pour le déploiement de la 5G, en a dit plus ce lundi matin. L'opérateur, qui travaillait jusqu'ici principalement avec le chinois ZTE, a choisi l'Europe.

"Avec Nokia, Telenet utilisera également Google Cloud, en particulier Anthos, dans ses centres de données."
Telenet

Comme Proximus, l'entreprise flamande a scindé sa demande en distinguant le déploiement de son réseau en deux. La partie antenne est confiée à Ericsson, avec qui le groupe avait déjà un contrat d'exploitation, tandis que le cœur du réseau sera déployé par Nokia.

L'opérateur précise également avoir signé un contrat avec Google Cloud qui sera utile, notamment, pour l'exploitation du cœur du réseau. "Avec Nokia, Telenet utilisera également Google Cloud, en particulier Anthos, dans ses centres de données", explique Telenet. "'Anthos for Telecom' de Google Cloud permet aux opérateurs de faire fonctionner l’équipement de Nokia et d’autres applications auparavant mis en réseau via du matériel physique."

"Bien plus qu'une simple technologie radio"

Comme pour les contrats signés par les autres opérateurs, aucune information n'est donnée sur le montant du partenariat. Prévu sur des dizaines d'années, il se chiffre néanmoins en centaines de millions d'euros.

"À l’instar de toute nouvelle génération, tout commence par la mise en place d’un réseau performant."
Micha Berger
CTIO chez Telenet

"Nous sommes à la veille de la prochaine étape de notre évolution technologique. La 5G est bien plus qu’une simple technologie radio: elle constitue un moteur d’innovation et d’opportunités pour d’autres modes de travail, d’automatisation et d’analyse", explique Micha Berger, CTIO chez Telenet.

"Mais à l’instar de toute nouvelle génération, tout commence par la mise en place d’un réseau performant. Le succès dépend principalement du choix des bons fournisseurs et partenaires."

Ericsson et Nokia omniprésents

L'ensemble des contrats a donc été attribué sur le marché belge. Orange doit toutefois encore préciser avec quel fournisseur il compte travailler pour le déploiement du cœur du réseau. Cette partie ne pourra pas être confiée à un opérateur à haut risque. Il est donc très fort probable de voir Nokia ou Ericsson à nouveau remporter le contrat.

En octobre dernier, Proximus avait, lui aussi, annoncé un double partenariat avec Ericsson et Nokia. La collaboration est toutefois inversée avec les antennes attribuées à Nokia et le "core" à Ericsson.

La balle dans le camp public

Le contrat signé, ne reste plus qu'à lancer la machine. "Le réseau mobile actuel sera transformé au cours des prochaines années par les équipements des nouveaux partenaires. Une transformation progressive, basée sur l’évolution des besoins des clients et selon la disponibilité des fréquences 5G", explique Telenet. Si la perspective est floue, c'est que la balle n'est désormais plus vraiment dans le camp des opérateurs. Avant de se lancer pleinement dans la nouvelle technologie, quelques étapes publiques sont encore nécessaires.

Pour l'heure, les opérateurs ne disposent que de licences temporaires. Il ne fait aucun doute que les trois grands opérateurs décrocheront une licence officielle, une fois la mise aux enchères réalisées. Difficile toutefois de se lancer concrètement dans un déploiement sans avoir passé cette étape essentielle. Elle est prévue pour la fin de l'année, si tout va bien. Le déploiement pourra alors vraiment débuter en 2022. Reste encore et toujours la question de la situation bruxelloise. Avec ses normes d'émission par antenne particulièrement exigeantes (les plus strictes d'Europe), le déploiement du nouveau réseau s'annonce très compliqué au sein de la capitale.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés