Telenet garde un oeil sur VOO

©BELGA

À l'occasion de l'extension de son réseau fixe GIGA à Bruxelles et en Flandre, le CEO de Telenet John Porter a réitéré ses ambitions wallonnes et son intérêt pour VOO tout en dénonçant le manque de transparence dans le processus de vente.

Si Telenet avait convié la presse ce jeudi à Malines, c’était avant tout pour annoncer l’augmentation sensible de la vitesse de surf sur l’ensemble de son réseau fixe. "Nous avons maintenant le meilleur réseau d’Europe", s’est exclamé fièrement le CEO de Telenet, John Porter. Avec une vitesse allant jusqu’à 1 gigabit par seconde, Telenet met la barre haut et impose un nouveau standard. Cette innovation est le résultat des "grands travaux" réalisés depuis 5 ans et d’un investissement de plus de 500 millions dans son réseau. Pour y arriver, 10 équipes de 30 personnes ont pris la route chaque jour pour remplacer plus de 2 millions de composants réseau. Elles se sont rendues dans toutes les rues de Flandre et de Bruxelles où se trouve le réseau câblé, opérant ainsi la modification la plus radicale du réseau de la jeune histoire de Telenet. Le but de l’opération est aussi de faire face à la croissance de la consommation de données attendue dans les décennies à venir.

"Nous avons maintenant le meilleur réseau d’Europe"
John Porter
CEO de Telenet

Concrètement, Telenet peut aujourd’hui offrir à tous ses clients des débits de 1 gigabit par seconde. Plus de trois millions de familles, d’écoles, d’entreprises, de villes et de commerces sont concernés. "Les réseaux Giga sont une tendance mondiale. Ce qui nous distingue, c’est que nous ne nous limitons pas à quelques grandes villes spécifiques, mais avons adapté l’ensemble de notre réseau câblé. De Middelkerke à Achel, d’Etterbeek à Kalmthout: notre réseau Giga est disponible partout." Partout, sauf en Wallonie.

Cap au Sud

"Évidemment, nous aimerions étendre notre réseau à la Wallonie." Cette phrase prononcée par John Porter en marge de l’officialisation de l’extension de son réseau Giga à Bruxelles et en Flandre résonne bien plus loin que les murs du siège malinois de l’opérateur flamand. Telenet n’a jamais caché son intérêt pour VOO et continue à se montrer candidat acquéreur mais pas à tout prix. "Nous avions fait une première offre, nous l’avons revue à la hausse ensuite et réitéré notre intérêt pour le rachat de VOO officiellement." Le patron de Telenet estime avoir fait ce qu’il fallait à l’époque.

Au vu des derniers développements liés à la revente du câblo-opérateur wallon, John Porter est sensiblement refroidi. "Pour l’instant, nous trouvons que le processus n’est pas transparent et nous resterons en dehors des négociations tant que ce sera le cas." Sans se retirer complètement, Telenet exprime clairement son agacement et sa méfiance envers le climat qui entoure ce dossier. Les ambitions ne sont pour autant pas remises au placard: "Dans notre vision idéale, nous aimerions être partout en Belgique d’ici 5 ans avec les mêmes performances que nous proposons aujourd’hui pour la Flandre et Bruxelles." ajoute Micha Berger, CTO de Telenet.

À défaut de fixe, Telenet mange du mobile

En attendant d’avoir un réseau fixe au sud du pays, Telenet travaille à la finalisation et l’amélioration de son réseau mobile, héritage du rachat de Base. Telenet a investi 250 millions d’euros pour moderniser le réseau et le hisser à un niveau équivalent à celui présent en Flandre. L’ensemble des sites wallons et bruxellois existants ont eu droit à un lifting et l’ajout d’une technologie IoT. Idem pour les antennes, même si les travaux en Région bruxelloise sont ralentis par les normes d’émissions plus strictes qu’ailleurs et les permis de bâtir longs à obtenir. L’ensemble devrait être finalisé pour la fin de l’année. À défaut d’un réseau fixe, Telenet se contente pour l’instant du mobile.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n