Telenet porte plainte contre Proximus et Orange

©reuters

L’opérateur flamand a déposé une plainte à l’Autorité de la Concurrence. Celle-ci porte sur le projet de collaboration annoncé par ses deux concurrents, Proximus et Orange. Ils souhaitent partager leur réseau afin de réaliser d’importantes économies.

La collaboration annoncée durant l’été entre Proximus et Orange ne fait pas que des heureux. Mardi, Proximus a annoncé qu’une plainte avait été déposée par Telenet auprès de l’Autorité de la concurrence. L’acteur télécom estime que le partage du réseau imaginé par ses deux concurrents pose question. Cette collaboration, prévue sous forme de coentreprise, leur permettra à long terme de sérieuses économies dans les investissements d’infrastructures. Rien de quoi réjouir Telenet .

"Le partage de réseaux de téléphonie mobile peut être légitime dans certains cas spécifiques mais les possibilités ne sont pas illimitées."
Telenet

"Le partage de réseaux de téléphonie mobile peut être légitime dans certains cas spécifiques mais les possibilités ne sont pas illimitées", signale le groupe. Telenet présente essentiellement deux objections majeures. La première porte sur l’étendue de la coopération et la seconde sur le timing, qui est "problématique au vu de la prochaine mise aux enchères du spectre actuel et du nouveau spectre 5G".

Dès l’annonce de ce partenariat le 11 juillet, Telenet avait expliqué ne pas avoir été invité à en faire partie. En réaction, Orange et Proximus avaient exprimé, dès le lendemain de l’annonce, leur ouverture à des négociations. Les opérateurs ne travaillant pas avec les mêmes fournisseurs d’infrastructures, une collaboration pourrait être complexe à mettre en place d’un point vue pratique.

Réponse en fin d’année

En parallèle de la plainte, Proximus précise que Telenet "a demandé d’adopter des mesures provisoires visant à suspendre la mise en œuvre de l’accord de partage de réseau mobile en attendant la décision sur le fond". L’Autorité de la concurrence devrait statuer sur la demande pour la fin de l’année ou pour le début de l’année 2020. Suite à l’annonce de cette plainte, Orange a préféré ne pas s’exprimer, précisant simplement, comme Proximus, qu’ils coopéreront pleinement à la procédure.

La position de Telenet a toutefois de quoi surprendre. Des premiers contacts ont bien été pris entre les opérateurs afin d’étudier la possibilité d’une intégration de Telenet dans le projet. L’opérateur flamand a finalement décidé de ne plus donner suite aux prises de contact d’Orange et Proximus. La question d’une impossibilité technique dans la collaboration n’aurait d’ailleurs même pas été abordée, les discussions s’étant arrêtées avant. Telenet confirme avoir pris part à ces discussions avant d’y avoir mis un terme. "Proximus et Orange n’ont pas été disposés à rencontrer nos objections. Toute discussion ultérieure s’est dès lors révélée impossible", se défend le groupe.

Ce principe de collaboration entre deux opérateurs n’est pas rare. En Europe, on retrouve d’ailleurs ce genre de mise en commun dans de nombreux pays. Récemment toutefois, la Commission européenne a émis des objections concernant une collaboration relativement comparable en République tchèque.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect