Publicité

Telenet s'accorde avec Fluvius et pourrait se défaire de ses tours

Telenet a enregistré 640,6 millions d'euros de revenus au troisième trimestre. ©Peter Hilz

En parallèle de ses résultats trimestriels, Telenet confirme qu'il travaillera avec Fluvius pour déployer son réseau et que la vente de ses tours est étudiée de près.

Ce jeudi matin, Telenet avait prévu de faire le point sur le troisième trimestre de l'année. Si la présentation des chiffres pour les trois derniers mois a bien eu lieu, elle est passée au second plan.

Le groupe a surtout profité de l'occasion pour multiplier les annonces. La première concerne la confirmation du lancement d'une coentreprise. Créée en collaboration avec Fluvius,  la nouvelle structure, baptisée "NetCo", sera en charge du déploiement du réseau de l'opérateur et notamment de la mise en place de la fibre optique.

"Telenet entame une revue stratégique de son activité de tours de télécommunication."
Telenet

"Telenet et Fluvius ont l'intention de créer une nouvelle société d'infrastructure indépendante et autofinancée, et d’y apporter leurs actifs existants en HFC et en fibre optique ainsi que les nouvelles infrastructures de fibre optique à développer dans le futur", assure l'opérateur dans un communiqué de presse".

Antennes relais bientôt en vente?

En parallèle, le groupe s'est également exprimé sur sa stratégie future concernant ses antennes. Il y a quelques semaines, Bloomberg annonçait que le groupe étudiait la possibilité d'en vendre une partie. L'agence de presse financière pensait à l'époque savoir que 3.000 antennes relais seraient potentiellement concernées pour un montant qui pourrait atteindre les 600 millions d'euros.

338,4
millions d'euros
L'ebitda ajusté a atteint 338,4 millions d'euros au troisième trimestre, soit une baisse de 1% sur un an.

Sans se prononcer de manière directe, Telenet précise "entamer une revue stratégique de son activité de tours de télécommunication, y compris une évaluation préliminaire du marché, afin d'accroître la valeur actionnariale".

Autrement dit, la question de la vente d'une partie de ses 3.311 sites actuellement en Belgique est bien une option sur la table. Si à l'heure actuelle une telle opération ne s'est pas encore produite sur notre marché, ce genre de mouvement n'a rien de neuf dans le secteur. En mars dernier, Vodafone a installé ses antennes dans une entité distincte et cotée en bourse. En France, l'opérateur Free s'est également défait de son infrastructure.

Résultats

Côté chiffres,  l'entreprise flamande a enregistré 640,6 millions d'euros de revenus au troisième trimestre, soit un chiffre d'affaires  situé plutôt dans le bas de la fourchette des attentes des analystes. L'opérateur met toutefois en avant "ses bonnes performances commerciales persistantes" pour le troisième trimestre, en pointant notamment les résultats de son nouveau pack ONE(up) qui a enregistré une hausse de 27.300 clients.

Le conseil d'administration a également confirmé poursuivre sa stratégie de rachat d'actions.

L'ebitda ajusté pour les trois mois écoulés atteint 338,4 millions d'euros, en légère baisse de 1% par rapport à la même période l'année dernière. L'entreprise s'attend toutefois à de bons résultats sur l'ensemble de l'année avec des "perspectives pour l'exercice 2021 partiellement améliorées, s'attendant à ce que l'ebitda ajusté remanié se situe vers l'extrémité supérieure de la fourchette de 1 à 2 % précédemment définie", explique Telenet dans son communiqué de presse.

Dividende et rachat d'actions

Le conseil d'administration du groupe a également annoncé son intention de proposer un premier dividende de 1,375 euro par action (soit un montant total de 150,4 millions d'euros) au cours du prochain conseil. S'il est accepté, il sera payé en fin d'année. Le groupe confirme, par ailleurs, son intention de verser au final un dividende total de 2,75 euros par action.

Le conseil d'administration a également confirmé poursuivre sa stratégie de rachat d'actions. Un plan de rachat de 45 millions d'euros maximum vient d'être validé. Il permettra de récupérer potentiellement jusqu'à 1,1  million de parts de l'entreprise.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés